00:00:00 / 00:00:00


FRANCAIS - ENGLISH
Peinture - Renaissance - Belgique - Histoire de l'art Hélène Mund Le Maître de la Madone Clemens et son atelier Nouveau regard sur la peinture dans quelques ateliers anversois au premier tiers du XVIe siècle
Expert
Reporticle : 239 Version : 1 Rédaction : 14/01/2019 Publication : 31/01/2019

Le Maître de la Madone Clemens et son atelier

L’activité des ateliers et la production attribuée aux maîtres à nom de convention sont une problématique complexe depuis longtemps connue des historiens d’art de la peinture des Pays-Bas méridionaux (1). La présence et la participation de collaborateurs actifs à l’œuvre des grands maîtres aux XVe et XVIe siècles, aussi renommés fussent-ils, est aujourd’hui avérée et sans cesse confirmée par de nouvelles découvertes, grâce notamment aux documents de laboratoire. Parmi les fondateurs de l’école, Rogier van der Weyden (1400-1464) en est un exemple notoire (2). L’usage de l’atelier s’il est naturel car relevant de la formation même du métier de peintre, réserve toutefois aussi certaines exceptions. Ainsi en est-il de Jan Gossart (ca. 1478-1532), lequel même s’il a collaboré avec d’autres artistes tel Gérard David (ca.1460-1523), semble plutôt avoir toujours réalisé ses propres œuvres de manière isolée (3).

Suite au transfert après 1480 pour des raisons géo-politiques du commerce de Bruges à Anvers, la cité scaldienne accède au début du XVIe siècle au statut de première métropole commerciale, un état qu’elle conservera pendant plus de deux siècles, avec pour corollaire le développement notable du nombre d’artistes et de la production picturale dans ses murs (4). La ville attire les peintres de tous les horizons, du nord comme du sud. Les uns quittent Bruxelles tels Colyn de Coter (1493) et Goswyn van der Weyden (1496), d’autres le Hainaut comme Gossart (1503). Certains comme Gérard David et Jan Provost s’inscrivent tout à la fois à la corporation des peintres d’Anvers sans pour autant abandonner Bruges. D’autres enfin quittent définitivement Leyde tel Jan de Cock (1503) ou les rives de la Meuse tel Joachim Patenier (1515). L’appel du débouché commercial est irrésistible et son intensité si forte qu’elle va jusqu’à entraîner parfois une totale mutation stylistique dans la création de l’artiste. Ainsi en est-il de cet anonyme et de son atelier dont nous avons récemment reconstitué un noyau d’œuvres (5), démontrant qu’il en vint à changer de style – en l’occurrence l’héritage weydenien – pour adopter celui des maniéristes à la mode dans la métropole. Nul doute qu’il s’agissait ainsi, sous la pression du marché, de répondre à une demande concrète. Carrefour bouillonnant de commerce de culture et d’échanges, les commandes affluent de la société religieuse et civile. Confréries, corporations, guildes et institutions religieuses, aristocrates, bourgeois et commerçants, de Flandre et d’Europe occidentale, constituent la clientèle des peintres anversois.

En 1530, à l’époque qui nous occupe, les deux personnalités artistiques dominantes de la ville sont Quinten Metsys (1466-1530) et Joos van Cleve (ca. 1485-1541. En marge de ces artistes d’une grande créativité, la prospérité économique nourrit une multitude de peintres dont l’identité nous demeure inconnue. Depuis le siècle dernier, beaucoup furent dotés d’un nom d’emprunt, un concept que les historiens d’art d’aujourd’hui continuent à utiliser tant il est approprié pour désigner celui qui n’a pas de nom propre attesté (6). Ainsi, de l’immense domaine des œuvres anonymes, fertile terrain de recherches, émergent du néant des personnalités à partir de regroupements opérés par analogie de style.

Fig. 1 - Groupe Maître de la Madone Clemens, Portrait de jeune femme en Marie Madeleine. Collection privée, Bruxelles.
Photo IRPA, Jean-Luc EliasFermer
Fig. 1 - Groupe Maître de la Madone Clemens, Portrait de jeune femme en Marie Madeleine. Collection privée, Bruxelles.

En 1984 apparut sur le marché d’art londonien un Portrait de jeune femme en Marie-Madeleine (fig. 1) attribué au Maître au Perroquet (7). Peu après le tableau fut présenté dans le commerce d’art bruxellois, cette fois sous une attribution à l’entourage de Juan de Flandes (8). L’œuvre frappe au premier regard par son caractère d’élégance. La jeune femme se détache sur un fond noir. Elle porte une gorgerette en batiste froncée et fermée au col par un lacet noué. La finesse du tissu laisse entrevoir un enroulement de chaînes d’or dont l’extrémité de la plus grande disparaît au creux du buste. Un réseau d’amples fronces borde le pourtour blanc du décolleté de sa robe. De couleur vert sombre, celle-ci est richement décorée d’un galon brodé d’or orné en son centre d’une broche quadrangulaire au motif de deux enfants s’affrontant, et d’incrustations de perles. Quatre rosettes sont disposées sur le galon et celles des épaules maintenues par un fil d’or tressé orné de deux petits glands à son extrémité. D’autres, plus importants, sont suspendus à la bordure de l’attache du vêtement à hauteur des épaules. De larges manches de tissu pourpre couvrent le haut des bras, laissant apparaître au niveau du coude une manche étroite de velours à crevés de teinte vermillon galonnée au poignet de la même broderie d’or perlée. De la manchette s’échappe l’extrémité d’une longue manche de chemise blanche. De sa main droite, la jeune femme tient un luxueux vase d’orfèvrerie dont elle entrouvre le couvercle de la main gauche. Son visage est marqué de traits fins et réguliers. Son front est grand et dégagé. Les sourcils légèrement arqués encadrent des yeux en amandes au regard légèrement tourné vers la droite. Le nez est long, droit et fin au-dessus d’une bouche à la lèvre inférieure charnue. Un voile transparent, dont la lisière marque la mi-hauteur du front, recouvre la chevelure dont quelques fines boucles s’échappent de part et d’autre d’une raie centrale. Elle porte un bonnet écarlate galonné d’or et de perles à l’arrière de la tête dont s’échappent deux longues mèches de cheveux.

Fig. 2 - Groupe Maître de la Madone Clemens, Portrait de jeune femme en Marie Madeleine. Revers du panneau. Collection privée, Bruxelles.
Photo IRPA, Jean-Luc EliasFermer
Fig. 2 - Groupe Maître de la Madone Clemens, Portrait de jeune femme en Marie Madeleine. Revers du panneau. Collection privée, Bruxelles.

Le tableau est peint sur un panneau de chêne, vraisemblablement originaire de la Baltique, comme il est de coutume à l’époque. Les quatre bords non peints ont été recoupés et des traces de chanfrein sont visibles au revers (9) (fig. 2). L’image en réflectographie à l’infrarouge témoigne de son bon état de conservation (10) (fig. 3). Le dessin sous-jacent à la pierre noire, visible à certains endroits en surface par perte de pouvoir couvrant des couches picturales, montre l’attention accordée par l’auteur au rendu de la physionomie. Ainsi a-t-il soigneusement noté d’un tracé vif et ondulant les petites boucles de la chevelure au sommet du front. De petites lignes indiquent les yeux, l’extrémité et les ailes du nez, le contour de la bouche et celui du menton. Un tracé léger évoque l’emplacement des sourcils et l’ombre du nez. Un cerne plus épais souligne le contour des doigts de la main sur le vase et des traits d’intensité variée ponctuent l’arête du plissé des manches.

    1 image Diaporama

    Divers changements de composition ont été opérés au cours de la phase picturale. Les pupilles ont été légèrement décalées vers la droite, le nez a été allongé, la bouche disposée un peu plus bas de même que la courbe du menton qui est plus arrondie (fig. 4) . Le dos de la main gauche et ses doigts ont été amincis (fig. 5) et ceux de la main droite disposés plus bas afin de laisser plus d’ampleur au vase d’orfèvrerie (fig. 6). Quelques traits appuyés indiquent de manière précise l’arête des plis. A l’exception de quelques hachures dans le cou il s’agit essentiellement d’un dessin de mise en place.

      3 images Diaporama
      Fig. 7 - Jan Gossaert, Sainte Marie-Madeleine. Museum of Fine Arts Boston.
      Photo Wikimedia CommonsFermer
      Fig. 7 - Jan Gossaert, Sainte Marie-Madeleine. Museum of Fine Arts Boston.

      L’ensemble dégage une impression de raffinement qui correspond bien au statut social de Marie-Madeleine. La “Légende dorée” rapporte en effet qu’elle était de descendance royale et disposait d’une grande richesse (11). Son culte était très célébré en Bourgogne et dans les Pays-Bas méridionaux où sa figure est abondamment présente dans la tradition artistique (12). Les tableaux la représentant en buste, tenant un pot d’onguent sont nombreux et semblent avoir connu une vogue particulière à Anvers durant le premier tiers du XVIe siècle. À Bruxelles, le Maître de la Légende de sainte Madeleine et son atelier semblent s’en être fait une spécialité produite en série (13). Plusieurs peintres pratiquèrent le genre dont Quinten Metsys, Jan Gossart et le Maître des Demi-figures féminines, parmi d’autres (14) (fig. 7). Dès le début du XXe siècle on relia ces effigies, aux traits individualisés pour la plupart, à de véritables portraits (15). La vie dissolue de la sainte transformée par la conversion en une existence vertueuse en fit un archétype de vie féminine édifiante promue par les cercles humanistes. Si des souveraines comme Catherine d’Aragon (fig. 8) ou Marguerite d’Autriche à l’existence partagée entre pouvoir et dévotion pouvaient voir dans ces œuvres leur image personnifiée à l’égal de la « vita contemplativa » et « vita activa » de Marie-Madeleine, les autres femmes, pour beaucoup de la bourgeoisie, y étaient dépeintes sous l’aspect du modèle idéal à suivre.

        1 image Diaporama
        Fig. 9 - Maître anonyme des Pays-Bas méridionaux, Portrait présumé d’Isabelle d’Autriche en Marie-Madeleine. Bruxelles, Musées royaux des Beaux-Arts de Belgique.
        Photo MRBABFermer
        Fig. 9 - Maître anonyme des Pays-Bas méridionaux, Portrait présumé d’Isabelle d’Autriche en Marie-Madeleine. Bruxelles, Musées royaux des Beaux-Arts de Belgique.

        Comme la plupart des compositions de ce type, le tableau est présenté de manière conforme aux règles du portrait en vigueur depuis le XVe siècle. La jeune femme est représentée en buste, sur fond noir et tournée de trois-quarts. Elle est vêtue d’une somptueuse robe parée de bijoux et de perles et présente de manière ostentatoire le vase d’onguent dont se servit Marie-Madeleine pour oindre le corps du Christ. Son corsage au large décolleté carré avec gorgerette froncée au col et sa chevelure ondulée aux boucles retombant sur les oreilles la rapprochent d’un Portrait d’Isabelle d’Autriche en Marie-Madeleine autrefois attribué à Jan Gossart et aujourd’hui donné à un maître anonyme des Pays-Bas méridionaux (16) (fig. 9). Selon S. Haskins, ce type de coiffure indiquerait une origine espagnole ou portugaise du modèle (17). Si le peintre parvient à rendre avec finesse les traits du visage, il est malhabile à rendre la perspective et le volume de la main dans l’espace. Celle-ci est très allongée, le dos est large et l’index curieusement articulé autour du fretel (fig. 10). La technique d’exécution aux douces transitions de lumière dans le modelé de la carnation du visage fait place à un traitement plus relâché avec des rehauts clairs sous forme d’empâtements dans le décor et les draperies. L’œuvre peut être stylistiquement datée vers 1530.

          1 image Diaporama

          En 2000 un autre tableau présenté sur le marché londonien attira notre attention par son analogie avec la composition précédente (18). Provenant de la collection Rothschild la Sainte Marie-Madeleine était cette fois attribuée à un contemporain du Maître au Perroquet, le Maître des Demi-figures féminines, actif à Anvers vers 1520-1540 (fig. 11).

            1 image Diaporama
            Fig. 12 - Groupe Maître de la Madone Clemens, Sainte Marie-Madeleine, détail de la fig. 11.
            Photo Christie’s ImagesFermer
            Fig. 12 - Groupe Maître de la Madone Clemens, Sainte Marie-Madeleine.

            La sainte est reconnaissable à son attribut, le vase à onguent. Elle est représentée sur un fond noir assise derrière une petite table recouverte d’un tapis vert sur laquelle repose un livre ouvert. La jeune femme est vêtue d’une robe au décolleté largement ouvert en trapèze dont la bordure dégage la lisière d’une chemise blanche aux fronces serrées. L’attache à l’épaule et le poignet sont garnis d’une broderie d’or parsemée de perles à laquelle des glands sont suspendus. De la manche à crevés s’échappent d’amples flots de tissu blanc. Elle porte une double chaîne d’or sur sa gorge dénudée. Sa chevelure frisée, disposée en tresse nouée au sommet de la tête, est retenue à l’arrière par un bonnet dont on distingue la teinte rougeoyante. Un même langage ornemental est utilisé dans les deux œuvres. Le vase aux lourdes volutes de feuilles d’acanthe semble provenir du même orfèvre, réel ou imaginaire (fig. 12), et les glands d’or du même passementier. Le plissement de la chemise au poignet est semblable, serré sur le haut avec ample retombée dans le bas. Un collier d’or doublement enroulé orne aussi son buste et la lueur de sa coiffe écarlate brille d’un même éclat vif sur l’arrière-plan sombre. Les mains, aux longs doigts aux ongles bien dessinés, sont disposées de façon semblable à la base du vase et au couvercle où l’index contourne le fretel. L’angle de perspective de la main dans l’espace est erroné, le dos trop large étant ici aussi rabattu dans le plan. Le modelé toutefois est rendu par une technique picturale distincte.

            Les physionomies, quant à elles, ne souffrent aucun rapprochement. Les deux visages sont différents. A l’ovale anguleux de la première se substitue un galbe plus rond et des joues plus enveloppées chez la seconde. Nul doute que les modèles figurés sont bien distincts et leurs expressions dissemblables. La réserve de l’une cède la place chez l’autre à l’ébauche d’un sourire.

            Fig. 13 - Groupe Maître de la Madone Clemens, Vierge à l’Enfant endormi. Paris, Galerie Claude Vittet.
            Photo Galerie VittetFermer
            Fig. 13 - Groupe Maître de la Madone Clemens, Vierge à l’Enfant endormi. Paris, Galerie Claude Vittet.

            Une Madone à l’Enfant endormi apparue en 2013 dans le nord de la France sous l’ attribution au Maître de la Madeleine Mansi devait à son tour susciter notre réflexion (19) (fig. 13). Le support de chêne d’un seul tenant est chanfreiné sur trois côtés (20). Il est vraisemblable que le bois soit selon la coutume originaire de la Baltique (fig. 14). La Madone tenant l’Enfant tendrement pressé contre son buste se détache sur un fond de teinte noire. Vêtue d’une chemise blanche largement échancrée laissant apparaître le sein, elle porte une robe de couleur bleu-vert foncé et doublée de fourrure. Ses longues manches sont bordées aux poignets d’un galon d’or orné de perles. Une ample tunique rouge à la lisière brodée d’or lui couvre les épaules. Le visage légèrement incliné elle contemple d’un air mélancolique son Fils blotti dans ses bras. Ses traits sont gracieux, les sourcils fins, les yeux baissés en amande, le nez droit et la bouche petite à la lèvre inférieure charnue. Un fin voile transparent posé sur le haut du front recouvre sa tête et retient la masse de cheveux sur la nuque dont s’échappent de longues boucles sur les côtés. Rien ne perturbe le sommeil de l’Enfant dont les deux mains sont posées sur le sein de sa mère.

              1 image Diaporama

              Préfigure de la mort du Christ et de la Pietà, le sujet de l’Enfant endormi trouve son origine à Venise à la fin du XIVe et au début du XVe siècle. Il connut un large succès aux Pays-Bas, ainsi qu’en Allemagne et en France. Si l’on ne conserve aucune trace de l’usage de ce thème chez les Primitifs flamands, on en trouve plusieurs versions dans l’entourage de Joos van Cleve, de Jan Gossart et de Quinten Metsys (21). C’est donc probablement dans le milieu anversois que le sujet semble avoir pénétré en premier et trouvé sa plus large audience.

              L’examen en réflectographie à l’infrarouge révèle un abondant dessin sous-jacent d’une écriture maîtrisée tant dans l’exécution du tracé de contour des formes que des hachures serrées indiquant les zones d’ombre. (fig. 15). De petits traits parallèles bordent ainsi le manteau de la Vierge tout au long du bord droit du panneau. D’autres marquent l’arête des plis du vêtement, l’ombre du sein ou l’articulation du genou du nourrisson. Quelques courtes lignes courbes sur le haut du front de la Madone dessinent des boucles de cheveux, plus tard abandonnés au stade pictural. Un trait fin continu précise à certains endroits la position du vêtement comme le long de la chemise sur le buste ou ailleurs cerne la plastique des corps.

                1 image Diaporama

                Des changements de composition sont également visibles à divers endroits. Le volume du haut du bras de l’Enfant a été rétréci et la position de l’index, de l’auriculaire et de l’annulaire de la main gauche de la Vierge ont été abaissés. À hauteur de ses deux poignets le dessin initial prévoyait une manchette plissée supprimée lors de la mise en couleurs (fig. 16-17).

                  2 images Diaporama

                  La technique picturale se distingue par le rendu délicat des carnations où s’opère une subtile transition entre ombre et lumière. Le modelé de la tunique rouge est obtenu par un usage assez abondant de blanc de plomb et la palette chromatique réduite à peu de couleurs. La robe de teinte verte, pigment sans doute quelque peu assombri par le temps, est marquée en bordure d’un accent lumineux et de petites touches grisâtres simulant la fourrure.

                  Les traits physionomiques de la jeune mère sont tout empreints de douceur. Le visage oblong aux traits raffinés est éclairé d’une lumière soulignant les yeux en amande, l’arête du nez, la bouche à la lèvre supérieure menue et inférieure charnue, ainsi que le menton petit et pointu. Quelques accents blancs esquissent le contour du voile sur la nuque retenant la chevelure bouclée. La main gauche au dos large est pourvue de longs doigts fins aux ongles bien marqués. L’Enfant au corps potelé porte des cheveux blonds bouclés dont quelques mèches en tire-bouchon surmontent l’oreille.

                  Divers éléments, à double niveau de lecture, rappellent la Marie-Madeleine bruxelloise. Le dessin-sous-jacent y apparaît du même type. Si la présence de hachures parallèles ne s’observe pas dans la Marie-Madeleine (fig. 3), on retrouve par contre les mêmes boucles en crochets sur le haut du front et la même disposition du tracé de contour des formes réduites ultérieurement au stade pictural. L’absence de toute recherche de mise en place dans les traits du visage de la Vierge pourrait être due à l’emploi d’un modèle préexistant. Sa parenté avec le visage bruxellois est frappante : même implantation des arcades sourcilières, mêmes yeux en amande – au regard baissé ici – long nez droit, bouche menue et petit menton pointu (fig. 18-19).

                    3 images Diaporama

                    Au plan stylistique les rapprochements sont nombreux. La Madone porte une coiffure strictement semblable à celle de la Madeleine bruxelloise, divisée par une raie médiane et dont s’échappent de petites boucles à la naissance du front. De même, les cheveux transparaissent sous un voile léger dont la lisière barre le front à mi-hauteur et retient la longue chevelure en masse à hauteur de la nuque. Le bonnet a disparu au profit du voile, mais la disposition dans l’espace de la coiffe sous l’occiput est analogue. Quelques longues boucles épousent le contour extérieur gauche du visage formant ici aussi quelques sillons dorés sur le fond noir. La morphologie des mains de la Vierge est semblable par le dos rond volumineux même si leur position dans l’espace est plus justement maîtrisée et le galon brodé au poignet de sa robe est d’un décor de même conception.

                    La parenté liant ces trois œuvres, chacune présentée sous des noms différents amène à se pencher sur leurs attributions respectives. Qui sont donc ces peintres à nom de convention, quelle fut leur production et quelle pertinence faut-il accorder aux attributions formulées jusqu’ici ?

                    Nous écartons d’emblée l’attribution de la Marie-Madeleine bruxelloise à l’entourage de Juan de Flandes où le rapprochement effectué par Genaille en 1985 reposait sur une seule – et vague – identité morphologique entre le visage de celle-ci et un Portrait de Jeanne la Folle à Vienne (22). Aucun rapport, clairement, ne les lie sur le plan de la technique picturale.

                    De la vie du Maître de la Madeleine Mansi auquel fut donné la Vierge à l’Enfant endormi on ne sait rien, si ce n’est qu’il fut actif à Anvers au premier quart du XVIe siècle dans l’orbite de Quinten Metsys. Les caractéristiques stylistiques de ses figures relevées par Friedländer n’ont rien de commun avec celles de la Madone analysée ici (23). Il conçoit celles-ci le plus souvent frontalement, les dispose sans parfaite adéquation dans un paysage et use d’un coloris monochrome sombre. Aucun de ces termes ne s’appliquant dans le cas présent, il peut donc résolument être exclu du débat.

                    Fig. 20 - Maître des Demi-Figures féminines, Les trois musiciennes, Schloss Rohrau, Collection Harrach.
                    Fermer
                    Fig. 20 - Maître des Demi-Figures féminines, Les trois musiciennes, Schloss Rohrau, Collection Harrach.

                    Le Maître des Demi-figures-féminines, auquel fut allouée la Marie-Madeleine Rothschild, est une personnalité connue des historiens de l’art depuis la fin du XIXe siècle (24). Une abondante production lui est aujourd’hui attribuée trahissant sans nul doute la participation de nombreux collaborateurs au sein de son atelier, au point que E. Konowitz suggéra en 1999 de parler du « groupe du Maître des Demi-Figures » (25). L’origine précise du peintre reste obscure, ainsi que sa formation. Après avoir été tour à tour identifié comme Gantois, Malinois et Français, on le croit actuellement plutôt originaire de Bruges ou d’Anvers. On lui doit des Madone à l’Enfant et des scènes religieuses parfois situées dans un décor de paysage trahissant l’influence de Patenier et Van Cleve, mais aussi et surtout des femmes à mi-corps jouant de la musique, lisant ou écrivant dans un intérieur, sujets dont il tire son nom. Beaucoup de ces compositions les représentent en sainte Madeleine. Le type féminin cher au peintre est très stéréotypé. On le distingue à partir d’un petit noyau de tableaux ayant servi à la reconnaissance de sa personnalité, dont les Trois Musiciennes de la collection Harrach est le plus emblématique (26) (fig. 20). Son œuvre autographe demeure toutefois largement hypothétique car aucun de ses tableaux n’est signé ou authentifié par une source d’archives. Un seul d’entre eux est daté 1536, ce qui permet en raison de la maîtrise picturale dont témoigne celui-ci, de situer à cette époque la période de pleine maturité technique et stylistique de l’artiste (27).

                    Ses personnages, le seul élément à envisager ici, se caractérisent par une grâce et une séduction extrême. Les jeunes femmes sont belles, élégamment vêtues et leurs attitudes raffinées. Les volumes sont bien maîtrisés et situés dans l’espace. Les visages, de forme ovale bien définie, se distinguent par leur carnation pâle d’un teint émaillé. Les yeux en amandes, souvent mi-clos sous un haut front, ne laissent transparaître que peu ou pas d’expression. La chevelure ondulante d’une teinte brun-roux est divisée par une raie médiane et généralement enserrée dans une coiffe couvrant les oreilles. Les cheveux longs sont parfois relevés en une couronne tressée et maintenus sous un voile transparent placé au sommet de la tête. Le nez est droit et la bouche menue. Les mains, aux doigts fins et aux ongles bien dessinés, sont délicatement rendus et leur perspective dans l’espace justement exprimée. Les jeunes femmes sont vêtues de beaux atours agrémentés ou non de bijoux. Pour les unes il s’agit d’une robe de velours à large décolleté trapézoïdal et longues manches tronconiques sous un ample manteau, le buste étant orné d’une chaîne d’or. Pour d’autres il s’agit d’une robe avec manches de brocart ou à crevés découvrant une manche à plissé bouffant sous-jacente, qu’un collier de pierreries ou une broche en pendentif sur la gorge et une perle dans les cheveux viennent parfois rehausser.

                    Qu’en est-il du Maître au Perroquet, son contemporain et concitoyen dont le nom fut à l’origine évoqué pour la Madeleine bruxelloise ?

                    Sa dénomination provient de la présence de l’oiseau exotique dans un certain nombre de ses compositions. Aucun de ses tableaux n’est signé ou authentifié par un document écrit. On ignore son origine et sa formation. On lui connaît essentiellement des Vierge à l’Enfant, des Sainte Famille, ainsi que quelques Marie-Madeleine et Lucrèce, autre thème humaniste de virtus en faveur à l’époque. Au premier groupement de base constitué par Friedländer (28), appartenait un Portrait de femme daté 1524 (29). Bien que l’attribution de celui-ci soit aujourd’hui contestée, l’activité du peintre se situe sans aucun doute au deuxième quart du XVIe siècle. Son répertoire est, sur le plan de la thématique, relativement analogue à celui du Maître des Demi-figures, dont il se distingue cependant par la technique et le style. Comme pour ce dernier, l’hétérogénéité stylistique des œuvres qui lui sont associées révèle l’activité d’un atelier composé de plusieurs mains suggérant également de parler ici d’un « groupe du Maître au Perroquet » (30). Quant à l’oiseau il n’est qu’un élément décoratif parmi d’autres, car il fut aussi utilisé à la même époque par d’autres confrères anversois comme le Maître de 1540 (31). Cet élément reste donc marginal pour toute attribution sans l’apport complémentaire et fondamental des critères technique, stylistique et morphologique.

                    Partant du noyau de base reconnu par Friedländer, le type féminin que l’on trouve chez le peintre et son entourage est assurément moins gracile et d’un style plus exubérant que celui du Maître des Demi-Figures. La stature corporelle de ses personnages est plus corpulente. Ses visages sont plus volumineux avec des joues plus rondes. Des éclats lumineux et des ombres marquées modulent les carnations. L’enfant Jésus est doté d’un corps grassouillet et d’une chevelure aux boucles allant parfois jusqu’à former de petites spirales en tire-bouchon réguliers. Les mains de la Vierge ont un dos large et charnu et des doigts aux ongles bien dessinés. Quant aux vêtements ils sont dans la mode du temps et d’un style analogue à ceux en usage dans l’atelier du Maître des Demi-Figures vers 1530. Si les éléments du langage formel sont ainsi semblables dans les deux groupes, c’est dans la manière de les traiter qu’il convient d’opérer une distinction. Carnations d’ivoire, expressions retenues du visage, élégance des attitudes et atmosphère paisible saisis dans un instant figé imprègnent les œuvres du premier, expression naturelle, vivacité du regard, chairs aux teintes plus modulées se retrouvent chez le second.

                    S’agissant des Marie-Madeleine de Bruxelles et de la collection Rothschild sur quelles bases s’appuyaient donc les attributions jusqu’ici publiées ?

                    Pour la première on constate qu’il n’y en pas, le marché d’art londonien n’ayant en aucune façon étayé son attribution par un raisonnement critique. Quant à l’opinion de Genaille suggérée peu après et reposant sur une lointaine parenté physionomique avec un portrait de Juan de Flandes on a vu la fragilité de ce postulat. Notons aussi que dans son étude sur le Maître au Perroquet E. Busoni mentionne le tableau en le situant dans un noyau d’œuvres qualifiées de « douteuses » attestant de sa perplexité (32).

                    Fig. 21 - . Groupe Maitre des Demi-Figures féminines ( ?), Sainte Madeleine. Loc. actuelle inconnue.
                    Photo Sotheby’s ImagesFermer
                    Fig. 21 - . Groupe Maitre des Demi-Figures féminines ( ?), Sainte Madeleine. Loc. actuelle inconnue.

                    La Madeleine Rothschild apparut sur le marché anglais en 2000 sous le nom du Maître des Demi-figures, l’auteur du catalogue de vente se fondant pour son attribution sur un rapprochement stylistique qu’il établit avec deux compositions du même sujet, les Marie-Madeleine de l’ancienne collection Schevitch (fig. 21) et de la collection Salm-Salm à Anholt (fig. 22) toutes deux données au maître par Friedländer (33). Les noms de Quinten Metsys et du Maître de la Madeleine Mansi, associés à l’œuvre sans aucun fondement critique valable au temps de sa présence dans la collection Goering et publiés en 2009 (34), restèrent sans incidence sur l’attribution du marché londonien en 2011. S’agissant toutefois du rapport établi avec les deux œuvres attribuées au Maître des Demi-Figures, la comparaison effectuée nous paraît offrir à l’examen matière à discussion sur la pertinence même du rapprochement.

                      1 image Diaporama
                      Fig. 23 - Groupe Maitre des Demi-Figures féminines ( ?), Sainte Madeleine. Détail des mains. Loc. actuelle inconnue.
                      Photo Sotheby’s ImagesFermer
                      Fig. 23 - Groupe Maitre des Demi-Figures féminines ( ?), Sainte Madeleine. Loc. actuelle inconnue.

                      En effet le style de la Madeleine Schevitch est à nos yeux différent de celui du Maître des Demi-Figures, par le traitement du modelé des chairs aux transitions de lumière plus fortes, comme par la singularité du type vestimentaire très étranger au répertoire habituel du peintre (35), rendant la comparaison avec cet artiste aléatoire. En outre le rendu plastique des mains de la Madeleine Rothschild est très différent de celui des mains de la Madeleine Schevitch (fig. 23-24). Quant à la Madeleine Salm-Salm sa physionomie, plus conforme à l’élégance idéalisée et au langage formel du Maître des Demi-Figures n’est en rien comparable à la stature physique, à l’expression naturelle et au traitement plastique de la carnation aux ombres marquées du tableau Rothschild. Si ces trois figures offrent quelque parenté de typologie, une observation attentive révèle qu’elles ont des caractéristiques propres qui sont celles de leurs auteurs respectifs (36). Une analogie qui s’explique parfaitement si l’on admet qu’il s’agit de peintres actifs dans un cadre de travail voisin. Et c’est là que s’exprime toute la complexité de la production des ateliers où collaborations et échanges de modèles entre artistes d’une même ville sont couramment opérés, entraînant autant de difficulté d’interprétation pour l’historien d’art d’aujourd’hui. Cette problématique qui est propre à la peinture des Pays-Bas méridionaux témoigne d’un usage habituel au XVe siècle, lequel culminera à Anvers sous la pression d’un marché stimulé par le développement économique sensible et la prospérité que connaît la métropole en cette première moitié du XVIe siècle.

                        1 image Diaporama

                        Si le groupe du Maître des Demi-Figures se révèle à l’analyse d’un style différent de l’auteur de la Madeleine Rothschild, qu’en est-il du Maître au Perroquet au regard de la Madeleine bruxelloise et de la Madone parisienne qui lui est si étroitement proche, sur la base de l’examen de l’œuvre aujourd’hui rassemblé autour de ce nom d’emprunt ? Celui-ci fait apparaître que le Museum für Angewandte Kunst à Cologne possède une intéressante Madone à l’Enfant attribuée à ce peintre, acquise en 1919 de la collection Wilhelm Clemens (37) (fig. 25).

                          1 image Diaporama

                          On ne connaît rien de l’histoire antérieure à sa possession par l’amateur d’art et artiste colonais. L’oeuvre, peinte sur panneau de chêne (fig. 26) a subi quelques dommages principalement localisés dans l’angle inférieur gauche (38) (fig. 27).

                            2 images Diaporama

                            La Vierge se détache à mi-corps sur un fond noir. Tenant l’Enfant de ses deux mains, elle est vêtue d’une robe de teinte vert foncé doublée de fourrure et dont le large décolleté trapézoïdal découvre une gorgerette blanche maintenue au col par un lacet noué. Elle est revêtue d’un ample manteau rouge dont la bordure est brodée d’une inscription en lettres d’or : … LMA MATER CHRISTI ET IN…/ AVE REGINA CELORUM MATE…/ AVE REGINA CELORUM M… REGI A… Les longues manches d’une chemise brune agrémentée au poignet d’un galon d’or orné de perles couvrent ses bras. Le visage de l’Enfant est pressé contre le sien leurs joues se rejoignant au niveau des lèvres (39). La mère contemple son Fils d’un regard nostalgique tandis que celui-ci lève les yeux au ciel. Un voile transparent couvre la tête de la Madone ses longs cheveux blonds bouclés retombant de part et d’autre du visage sur les épaules. L’Enfant Jésus au corps potelé est coiffé de petits cheveux bouclés et de quelques longues mèches en tire-bouchon au-dessus des oreilles.

                            Fig. 18 - Groupe Maître de la Madone Clemens, Vierge à l’Enfant endormi. Détail.
                            Photo Galerie VittetFermer
                            Fig. 18 - Groupe Maître de la Madone Clemens, Vierge à l’Enfant endormi.

                            Divers éléments rappellent immédiatement les compositions citées plus haut, comme le voile retombant à mi-hauteur du front présent chez la Madeleine bruxelloise et la Madone parisienne (fig. 18-19), ainsi que des traits physionomiques semblables tels le grand front, les yeux en amandes, le long nez droit et la bouche menue. De même la chevelure de l’Enfant aux petites mèches en tire-bouchon au-dessus de l’oreille est comparable dans les Madone de Cologne et de Paris (fig. 28-29). Les mains de la Vierge colonaise présentent le même type de galbe que celles de Paris. Elle porte en outre une robe semblable, doublée de fourrure et ornée au poignet d’une broderie décorée de perles ainsi qu’un manteau rouge pourvu d’une lisière enjolivée d’un décor doré dont la lisibilité toutefois n’est demeurée que dans l’exemplaire rhénan.

                              3 images Diaporama

                              Une même syntaxe doublée d’une technique d’exécution comparable régit à l’évidence les quatre œuvres (40). Dès lors si celles-ci s’appliquent à l’ensemble de ces tableaux, tour à tour attribués sans argumentation convaincante ni cohérence d’opinion au Maître des Demi-Figures et au Maître au Perroquet, ne faut-il pas explorer une autre piste et voir en elles l’expression d’une tierce personnalité à la tête d’un atelier concurrent ? En réponse à la forte demande celui-ci semble s’être, comme ses deux confrères, spécialisé dans la réalisation de Vierge à l’Enfant et de Marie-Madeleine. C’est ainsi dans le « Maître de la Madone Clemens », un nom d’emprunt lié à la collection majeure qui abrite une de ses œuvres depuis le début du XXe siècle, que nous voulons reconnaître le chef de cet autre atelier anversois pourvoyeur du marché en saintes effigies et « portraits déguisés ».

                              En dehors des compositions précitées, toutes exécutées à la même période, vers 1530, peut-on encore rattacher d’autres œuvres à ce noyau et, le cas échéant, appartenant à une autre époque ?

                              Fig. 30 - Groupe Maître de la Madone Clemens, Vierge à l’Enfant. Loc. actuelle inconnue (anc. Coll. Onnes van Nijenrode).
                              Photo Anvers, archives RubenianumFermer
                              Fig. 30 - Groupe Maître de la Madone Clemens, Vierge à l’Enfant. Loc. actuelle inconnue.

                              Le premier rapprochement qui nous semble pouvoir être établi, est celui d’une Madone à l’Enfant attribuée au Maître au Perroquet autrefois dans la collection Onnes Van Nijenrode (41) (fig. 30). Divers éléments caractéristiques relevés plus haut s’y retrouvent au niveau des types physiques comme du vocabulaire ornemental : les traits du visage et la coiffe de la Vierge, ses mains aux larges dos, le décor de son manteau aux boutons métalliques frangés et manchettes galonnées, la chevelure avec boucles en tire-bouchon chez l’enfant (42) (fig. 31). Un facteur neuf est constitué ici par la présence d’un paysage à l’arrière-plan. Celui-ci est conforme à ce que l’on observe en la matière dans la peinture anversoise vers 1525-1530 époque d’exécution du tableau. On ne peut toutefois en dire plus à partir du seul examen d’une photographique ancienne et de qualité médiocre.

                                1 image Diaporama
                                Fig. 32 - Groupe Maître de la Madone Clemens, Sainte Famille, Worcester, The Worcester Art Museum. Legs Amy Bess Miller.
                                Photo Worcester Art MuseumFermer
                                Fig. 32 - Groupe Maître de la Madone Clemens, Sainte Famille, Worcester, The Worcester Art Museum.

                                La Sainte Famille du Worcester Art Museum attribuée au Maître au Perroquet fait elle aussi partie, selon nous, du même atelier (43) (fig. 32). Des analogies peuvent en effet être établies avec l’exemplaire Van Nijenrode comme le visage de l’enfant et sa chevelure avec mèches en tire-bouchon ainsi que la main de la Vierge à la dilatation prononcée du dos. La face de la Madone, aux orbites plus creusées et aux pommettes plus saillantes est toutefois nettement différente, ce qui laisse à penser que son exécutant pourrait être une autre main active dans l’atelier mais disposant des mêmes schémas de composition. Ici encore les petites boucles au sommet du front et la masse de la chevelure enserrée sous un voile et ramenée à l’arrière sur la nuque rappellent des détails déjà observés. Si ceux-ci sont plus simplement rendus ici, l’originalité de la composition réside par ailleurs dans la présence de plusieurs anges musiciens dont les silhouettes colorées se détachent sur le fond noir. L’exécution n’est pas sans maladresse comme on le constate dans le bras de l’Enfant constitué d’une succession de bourrelets raides et disgracieux. Quant à la disparité de traitement entre les visages de la Vierge et de saint Joseph très tôt relevée par la critique (44), elle pourrait résulter d’une adjonction postérieure, peut-être d’une autre origine.

                                Fig. 33 - Groupe Maître de la Madone Clemens, Sainte Madeleine, Loc. actuelle inconnue.
                                Photo Christie’s ImagesFermer
                                Fig. 33 - Groupe Maître de la Madone Clemens, Sainte Madeleine, Loc. actuelle inconnue.

                                Une Sainte Madeleine apparue sur le marché à New York en 2011 présente elle aussi des traits communs au groupe (45) (fig. 33). Les traits du visage tout d’abord ne sont pas sans rappeler ceux de la Madone de la Sainte Famille de Worcester, au point qu’on peut se demander s’il ne s’agit pas de la même effigie ou du moins d’une physionomie exécutée d’après le même modèle, par un peintre plus habile et maîtrisant mieux les volumes et le modelé. L’identité de la forme des yeux et de l’expression du regard en particulier est frappante (fig. 34). Comme précédemment les différentes composantes du répertoire présentes dans les Marie-Madeleine bruxelloise et Rothschild sont parfaitement reconnaissables au niveau des traits morphologiques tels le type de chevelure et la disposition de la coiffe, la forme des mains et leur disposition autour du vase, les éléments du costume avec manche torsadée au poignet, le type d’orfèvrerie ainsi que le même chromatisme maniériste aux tons irisés (fig. 35). Ici encore on peut dater l’œuvre des années 1520-1530.

                                  2 images Diaporama

                                  Une Sainte Madeleine attribuée à Jan Gossart présentée à Bruxelles en 1996 avait en son temps également attiré notre attention par la parenté de certains de ses caractères de style (fig. 36). L’image que l’on a aujourd’hui de ce tableau est toutefois extrêmement altérée par son mauvais état de conservation et la lourde restauration qu’il a subi, lesquels empêchent tout jugement de valeur sur son exécution picturale (46). Quoi qu’il en soit, les éléments de similitude au niveau de la composition et du vocabulaire formel dont il témoigne encore dans son état actuel, amènent à le rattacher au sein du groupe de l’anonyme anversois, en particulier au regard de liens avec la Sainte Madeleine bruxelloise (fig. 1) un rapprochement que nous ne sommes pas seule à avoir effectué (47).

                                    2 images Diaporama

                                    Une Sainte Marie-Madeleine lisant au musée de Baltimore (fig. 37) offre un aspect quelque peu distinct de la production étudiée jusqu’ici (48). L’œuvre, aujourd’hui conservée comme « anonyme flamand actif vers 1520 », a suscité des interrogations (49). La composition est connue en divers exemplaires tels celui que possède le musée de Budapest répertorié sous le nom du Maître des Demi-Figures (fig. 38) (50), et ceux qui figurèrent sous la même attribution sur le marché de l’art à Vienne (fig. 39) (51), à Bruxelles et à Paris (fig.40). Ce dernier ayant été successivement donné au Maître des Demi-Figures et au Maître au Perroquet (52).

                                      4 images Diaporama

                                      Les quatre tableaux sont de petites dimensions, entre 21 et 28 cm. de hauteur sur 16 à 24 cm. de largeur, ce qui les distingue nettement à cet égard des précédents. Tous sont rigoureusement semblables sur les plans typologique et chromatique. Par leur identité de style et leur petit format commun, ils constituent en quelque sorte un « groupe dans le groupe ».

                                      Une jeune femme est figurée dans un intérieur à l’arrière-plan sombre, plongée dans la lecture d’un ouvrage, devant une table de bois sur laquelle repose un vase d’orfèvrerie. Son visage fin au long nez droit, au menton pointu et au large front est éclairé d’une vive lumière. Sa chevelure est retenue par un voile plissé retombant à mi-hauteur du front noué au sommet de la tête, un bonnet rouge enveloppant ses cheveux sur la nuque. De longues mèches bouclées s’échappent de part et d’autre sur ses épaules. Elle porte une robe noire pourvue d’amples manches rouges. Un large décolleté rectangulaire laisse apparaître une gorgerette blanche froncée de plis sous laquelle transparaît un collier d’or. De longues manches à crevés en velours de teinte ocre lui couvrent les avant-bras dont le poignet est ceint par un flot de tissu blanc torsadé. Une broche cruciforme ornée d’un médaillon central en or décorée de sept petites sphères noires orne son corsage (53).

                                      Un sentiment sensible de préciosité se dégage de la composition aux lignes très épurées. Pour une raison qui nous est inconnue (identité de la personne, production commerciale intensive?) l’image a connu un engouement certain à en juger d’après les répliques existantes (54). Une fois encore, l’idiome propre au groupe du Maître de la Madone Clemens est discernable au niveau du type de la composition, de la figure féminine, du mode vestimentaire et de l’ornementation. Cependant si tout est exprimé à l’identique les formes et le style apparaissent ici plus mesurés dans leur expression, comme le format plus petit lequel ajoute à la réserve générale perceptible. Ne pourrait-on dès lors émettre l’hypothèse que l’on trouve ici le témoignage d’une activité antérieure de l’atelier du Maître de la Madone Clemens vers 1500-1510 (55), dont les qualités entraîneront quelques années plus tard la production dont nous avons retrouvé et analysé quelques exemples significatifs ? Sous la pression du marché, de la demande qui lui est faite et de l’influence de la Renaissance, le modèle serait alors passé d’un visage aux traits idéalisés à ceux de portraits déguisés. Ou bien s’agit-il simplement au contraire de l’œuvre d’un autre atelier ? La question reste posée.

                                      Quoi qu’il en soit, le langage pictural du groupe de tableaux donnés au Maître de la Madone Clemens est celui d’un atelier dont la spécificité est désormais reconnaissable. Des indices permettent de croire que la production de celui-ci fut appréciée de ses concitoyens et qu’il connut un certain succès (56). Si ce groupe ne peut être confondu avec celui du Maître des Demi-Figures dont l’idiome est clairement différent, ou avec celui du Maître au Perroquet son autre concurrent dont il est distinct mais parfois proche et avec lequel peut-être il y eut une collaboration, ses racines le rattachent sans conteste à ce milieu de peintres où le sacré de l’image le dispute à la séduction du portrait. Nul doute que d’autres exemples viendront ultérieurement compléter ce premier regard et ajouter à la connaissance de l’atelier du Maître de la Madone Clemens dont l’identité restera sans doute à jamais inconnue.


                                      Remerciements :  

                                      Cet article n’aurait pu voir le jour sans l’aide précieuse de divers historiens d’art, conservateurs et amis. Mes remerciements particuliers vont à Didier Martens pour les échanges fructueux que j’ai pu partager avec lui, à Valentine Henderiks pour sa relecture critique attentive et judicieuse du manuscrit ainsi qu’à Philippe d’Arschot Schoonhoven pour ses pertinentes observations. Ma profonde gratitude s’adresse au Dr. Breuer conservateur au Museum für Angewandte Kunst à Cologne qui m’a permis d’examiner le tableau conservé dans ses réserves. Je remercie également très vivement les collectionneurs pour m’avoir donné accès à leur patrimoine. Roland de Lathuy fut un interprète précieux auprès de la salle de vente Christie’s. De même j’ai reçu le meilleur accueil auprès de la maison Sotheby’s. Toutes deux, ainsi que la Galerie Claude Vittet à Paris me procurèrent des renseignements et des documents photographiques précieux. Qu’ils en soient chaleureusement remerciés. Merci enfin à Elise Moureau et Eva Busoni pour m’avoir donné accès à leurs récents travaux.

                                      Notes

                                      NuméroNote
                                      1Voir entre autre Primitifs flamands anonymes. Maîtres aux noms d’emprunt des Pays-Bas méridionaux du XVe et du début du XVIe siècle. 14 juin-21 septembre 1969, catalogue d’exposition, Groeningemuseum, Bruges 14 juin-21 septembre 1969, Bruges 1969; REYNAUD (Nicole), Les Maîtres à nom de convention, Revue de l’Art, 42, 1978, pp. 41-52; CAMPBELL (Lorne), The Early Netherlandish Painters and their Workshops, in : Le dessin sous-jacent dans la peinture. Colloque III. 6-7-8 septembre 1979. Le problème Maître de Flémalle-Van der Weyden, Louvain-la-Neuve 1981, pp. 43-61.
                                      2CAMPBELL (Lorne), L’atelier de Rogier van der Weyden, in: Rogier van der Weyden 1400-1464. Maître des Passions, catalogue d’exposition, M-Museum, Louvain, 20 septembre-6 décembre 2009, éd. Lorne CAMPBELL/Jan VAN DER STOCK, Louvain 2009, p. 104-129; CAMPBELL (Lorne), Rogier van der Weyden. His Life and Work, in: Rogier van der Weyden and the Kingdoms of the Iberian Peninsula, Madrid 2015, pp. 19, 24.
                                      3AINSWORTH (Maryan W.), Man, Myth and Sensual Pleasures. Jan Gossart’s Renaissance. The Complete Works, New York 2010, pp. 6, 12.
                                      4Cf. EWING (Dan), Marketing Art in Antwerp, 1460-1560. Our Lady’s Pand, Art Bulletin, 72, pp. 558-584.
                                      5MUND (Hélène), Dans la suite de Rogier van der Weyden. Un maître et son atelier au carrefour de la tradition et de la modernité, in: Rogier van der Weyden in Context. Papers presented at the Seventeenth Symposium for the Study of Underdrawing and Technology in Painting held in Leuven, 22-24 October 2009 (Underdrawing and Technology in Painting. Symposium XVII), Louvain 2012, pp. 331-339. Sans doute l’artiste, au demeurant de qualité modeste, a-t-il quitté son milieu de travail d’origine pour gagner un atelier anversois attiré par le dynamisme de marché permettant une large production et donc un moyen d’existence assuré.
                                      6C’est à la critique allemande du XIXe siècle que l’on doit l’élaboration du concept des Meister mit Notnamen dont Max J. FRIEDLÄNDER fera usage dans son Altniederländische Malerei, 14 vol., Berlin/Leyde, 1924-1937 (Early Netherlandish Painting, réédition Leyde/Bruxelles, 1967-1976). Le procédé se justifiait en particulier dans l’école des Pays-Bas méridionaux où de 1400 à 1550 les tableaux signés sont quasiment inexistants et où en marge des grands maîtres prolifère une quantité d’artistes secondaires non identifiés. Ainsi selon les cas, ce seront le sujet de l’œuvre, une date, une localisation, un caractère propre ou le nom du propriétaire, qui donneront une identité à son auteur.
                                      7Londres, vente Sotheby’s, le 5 juillet 1984, n° 344, panneau, 36,5 x 25,5 cm. Selon les informations livrées par le Rijksbureau voor Kunsthistorische Documentatie (RKD). Cf. https://rkd.nl/explore/images/40651" target="_blank">https://rkd.nl/explore/images/40651) le tableau se trouvait à Londres chez le marchand Robert Langton Douglas en 1907 puis en 1946 chez Martin B. Asscher, lequel était, comme le révèle la correspondance entre K. Clark et B. Berenson, un modeste marchand d’art établi à Chelsea (cf. CUMMING (Robert), The Letters of Bernard Berenson and Kenneth Clark, 1925-1959, Harvard 2014, p. 359).
                                      8Galerie Robert Finck, Collection de tableaux anciens du XVe au XVIIIe siècle. XXVIIe exposition, Bruxelles 1985, n° 6. L’attribution formulée alors émanait de l’historien d’art français Robert Genaille. Nos plus vifs remerciements vont au propriétaire de l’oeuvre qui a eu l’extrême obligeance de nous permettre d’étudier le tableau et d’en faire réaliser une documentation photographique en réflectographie dans l’infrarouge.
                                      9La présence d’un parquet empêche un examen plus précis. L’absence de bords non peints laisse à penser que le panneau a pu être légèrement diminué sur les côtés.
                                      10Deux petites lacunes sont visibles, l’une sur le buste à hauteur de la manche à droite et l’autre sur le vase d’orfèvrerie dans la partie ajourée entre les deux oves de gauche. Le fond noir uniforme semble aussi avoir été retouché.
                                      11VORAGINE (Jacques de), La légende dorée, éd. A. BOUREAU Paris 2004, pp. 509-524. Voir aussi HASKINS, (Susan) Mary-Magdalen. Myth and Metaphor, Londres 1993.
                                      12On songe avant tout à l’abbaye Sainte-Madeleine de Vézelay important lieu de pèlerinage sur le chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle. Au XVe siècle, la personne de sainte Madeleine a été particulièrement louée par Rogier van der Weyden qui en fait une figure majeure dans sa célèbre “Descente de Croix” exécutée pour la Grande conférie des arbalétriers de Louvain (Madrid, Museo del Prado), un élément repris et abondamment diffusé ensuite. Voir également HASKINS (Susan), Mary Magdalen and the Burgundian Question, Journal of the Warburg and Courtauld Institutes, 73, 2010, pp. 99-135.
                                      13COMBLEN-SONKES (Micheline), Les musées de l’Institut de France, (Les Primitifs flamands, I. Corpus de la peinture des anciens Pays-Bas méridionaux au quinzième siècle, 19), Bruxelles 1988, pp. 115-119 en dénombre une dizaine d’exemplaires.
                                      14Voir respectivement les tableaux à Anvers, Koninklijk Museum voor Schone Kunsten, inv. n° 243; Londres, National Gallery, inv. n° 2163; Schloss Anholt, coll. du prince Salm Salm.
                                      15RING (Grete), Beiträge zur Geschichte niederländischer Bildnismalerei im 15. und 16. Jahrhundert, Leipzig 1913, pp. 98-99. Plus récemment la question fut reprise par. BÜTTNER (Franck O), Imitatio Pietatis. Motive der christliche Ikonographie als Modelle zur Verähnlichung, Berlin 1983 et POLLEROSS (Friedrich B.), Das sakrale Identifikationsporträt. Ein höfischer Bildtypus vom 13. bis zum 20. Jahrhundert, Worms 1988. Pour une synthèse sur la question en Flandre à la fin du XVe et au début du XVIe siècle, voir DUBOIS (Anne) et FRANSEN (Bart) in: SYFER d’OLNE (Pascale) et al, The Flemish Primitives, vol. 4. Masters with Provisional Names. Catalogue of the Early Netherlandish Painting in the Royal Museum of Fine Arts of Belgium, Brussels 2006, pp. 163-167.
                                      16Bruxelles, Musées royaux des Beaux-Arts de Belgique, inv. n° 4341.
                                      17HASKINS (Susan), Mary Magdalen and the Burgundian Question, Journal of the Warburg and Courtauld Institutes, 73, 2010, p. 132, qui évoque les cheveux frisés sur le front avec les boucles retombant devant les oreilles le restant de la chevelure étant enserré dans un filet, en l’occurence ici un bonnet.
                                      18Londres, vente Christie’s, le 13 décembre 2000, n° 23, panneau, 40,3 x 26,7. En possession du baron Alphonse de Rothschild, puis de son fils Edouard de Rothschild le tableau est acquis par H. Goering en 1941 (cf. YEIDE (Nancy H.), Beyond the Dreams of Avarice. The Hermann Goering Collection, Dallas 2009, pp. 111, 328, cat. n° A730 et Les archives diplomatiques et DREYFUS (Jean-Marc), Le Catalogue Goering, Paris 2015, pp. 344-345, n° RM721/F722). Restitué à son propriétaire, il passe ensuite chez la baronne Bethsabée de Rothschild. Remis en vente à New York chez Sotheby’s le 11 janvier 2011, n° 116, il se trouve aujourd’hui à Mexico, Musée Soumaya, coll. Carlos Slim. Merci à Catheline Périer-D’Ieteren pour cette information. On notera cependant que dans la documentation du RKD le tableau classé dans la rubrique « Maître au Perroquet » y apparaît comme « du maître et son atelier » (cf. https://rkd.nl/explore/images/66281" target="_blank">https://rkd.nl/explore/images/66281).
                                      19Roubaix, Etude May et associés, vente du 9 décembre 2013, n° 158.
                                      20Panneau, 37,4 x 27, 4 cm. Nos remerciements à Claude Vittet à Paris pour nous avoir permis d’examiner le tableau et avoir réalisé la documentation technique nécessaire à son étude.
                                      21Cf. respectivement HAND (John), Joos van Cleve. The Complete Paintings, New Haven/Londres 2004, cat. n° 110, pp. 183-184, Houston, TX, Museum of Fine Arts, inv. n° 59-27 et Bâle Kunstmuseum, inv. n° 40.
                                      22Vienne, Kunsthistorisches Museum, inv. n° 3873. Voir sur ce tableau SILVA MAROTO (Pilar), Juan de Flandes, Salamanque 2006, pp. 268-271.
                                      23FRIEDLÄNDER (Max J.), Early Netherlandish Painting. vol. 7, Quentin Massys (comments and notes by Henri PAUWELS), Leyde/Bruxelles 1971, p. 45-47. Son nom d’emprunt lui vient de la “Sainte Madeleine” autrefois dans la collection du Marquis Giovanni B. Mansi aujourd’hui à Berlin (Gemäldegalerie. Staatliche Museen zu Berlin, n° 574D).
                                      24Le premier à s’interroger sur le maître fut Gustav F. Waagen en 1864 et 1866 suivi de Ludwig Scheibler dans les années 1880 et de Franz Wickhoff en 1901. La première contribution d’importance toutefois fut celle de Friedländer en 1935 qui recensa 68 tableaux autour du nom de l’artiste. Voir FRIEDLÄNDER (Max J.), Early Netherlandish Painting. vol. 12, Jan van Scorel and Pieter Coeck van Aelst (comments and notes by Henri PAUWELS and Gerard LEMMENS), Leyde/Bruxelles 1975, pp. 18-21, 95-101, pl. 28-47 ; GENAILLE (Robert), A propos du Maître dit des demi-figures féminines, Jaarboek van het Koninklijk Museum voor Schone Kunsten Antwerpen, 1985, pp. 137-176 et plus récemment MOUREAU (Élise), La personnalité artistique du Maître des demi-figures féminines. Catalogue critique de deux aspects de son œuvre : les représentations de Marie-Madeleine et la peinture de paysage (mémoire de master non publié, Université Libre de Bruxelles), 2009.
                                      25KONOWITZ (Ellen), The Master of the Female Half-Lengths Group. Eclecticism and Novelty, Oud Holland, 113, 1999, pp. 1-12, avis partagé par CAMPBELL (Lorne) National Gallery Catalogues. The Sixteenth Century Netherlandish Paintings with French Paintings before 1600, Londres 2014, p. 508. L’emploi de cette terminologie est bien connue des spécialistes de la peinture des Pays-Bas méridionaux du XVe siècle. Adoptée à la création du Corpus du même nom publié à Bruxelles en 1951 elle est toujours d’application aujourd’hui.
                                      26Schlossmuseum Rohrau, panneau, 60 x 53 cm. Cf. FRIEDLÄNDER (Max J.), Early Netherlandish Painting. vol. 12, Jan van Scorel and Pieter Coeck van Aelst (comments and notes by Henri PAUWELS and Gerard LEMMENS), Leyde/Bruxelles 1975, pl. 45, n° 106.
                                      27Sainte Famille, panneau 71 x 54,5 cm. Anc. coll. R.H. Rush, New York. Cf. KONOWITZ (Ellen), The Master of the Female Half-Lengths Group. Eclecticism and Novelty, Oud Holland, 113, 1999, pp. 2-3. Localisation actuelle inconnue.
                                      28FRIEDLÄNDER (Max J.), Early Netherlandish Painting. vol. 12, Jan van Scorel and Pieter Coeck van Aelst (comments and notes by Henri PAUWELS and Gerard LEMMENS), Leyde/Bruxelles 1975, pl. 210.
                                      29FRIEDLÄNDER (Max J.), Early Netherlandish Painting. vol. 12, Jan van Scorel and Pieter Coeck van Aelst (comments and notes by Henri PAUWELS and Gerard LEMMENS), Leyde/Bruxelles 1975, pl. 210 C. Panneau, 53,5 x 39 cm. Passé en vente à Paris chez Piasa le 25 juin 2004, n° 1. Localisation actuelle inconnue. Voir aussi sur le maître DÍAZ PADRON (Matías), Nuevas pinturas del Maestro del Papagayo identificadas en colecciones españolas y extranjeras, Archivo español de Arte, 57, 1984, pp. 257-276 ainsi que la contribution récente de BUSONI (Eva), Le Maître au Perroquet. Catalogue critique de son oeuvre (mémoire de master non publié, Université Libre de Bruxelles), 2009.
                                      30Le premier à avoir reconnu cet état de fait est MARLIER (Georges), Ambroise Benson et la peinture à Bruges au temps de Charles-Quint, Damme, 1957, p. 200, note 31.
                                      31« Portrait de femme avec un luth », Paris, Fondation Custodia, inv. n° 4994 (Cf. FRIEDLÄNDER (Max J.), Early Netherlandish Painting. vol. 13, Antonis Mor and his Contemporaries (comments and notes by Henri PAUWELS and Gerard LEMMENS), Leyde/Bruxelles 1975, n° 266A, pl. 130).
                                      32BUSONI (Eva), Le Maître au Perroquet. Catalogue critique de son oeuvre (mémoire de master non publié, Université Libre de Bruxelles), 2009, p. 86 qui parle “…d’un collaborateur ayant assimilé le modèle du maître”.
                                      33FRIEDLÄNDER (Max J.), Early Netherlandish Painting. vol. 12, Jan van Scorel and Pieter Coeck van Aelst (comments and notes by Henri PAUWELS and Gerard LEMMENS), Leyde/Bruxelles 1975, pl. 41 n° 82 (passé depuis en vente à Londres chez Sotheby’s le 9 juillet 2014, n° 52. Localisation actuelle inconnue) et n° 83.
                                      34YEIDE (Nancy H.), Beyond the Dreams of Avarice. The Hermann Goering Collection, Dallas 2009, pp. 111, 328, cat. n° A730 et Les archives diplomatiques et DREYFUS (Jean-Marc), Le Catalogue Goering, Paris 2015, pp. 344-345, n° RM721/F722.
                                      35Comme la manche à larges ouvertures en forme de bandeaux allongés ponctuées de boutons métalliques aux points d’attaches, un exemple unique à notre connaissance qui s’il n’a pas à lui seul une valeur convaincante vient néanmoins conforter d’autres singularités.
                                      36Un même doute habite Élise MOUREAU, La personnalité artistique du Maître des demi-figures féminines. Catalogue critique de deux aspects de son œuvre : les représentations de Marie-Madeleine et la peinture de paysage (mémoire de master non publié, Université Libre de Bruxelles), 2009, p. 129, n° 47, qui tout en mentionnant la Madeleine Rothschild dans son inventaire des œuvres du Maître des Demi-Figures ajoute une marque d’interrogation, en regard du tableau, témoignage d’une hésitation manifeste. Il en est par ailleurs de même à ses yeux s’agissant des Madeleine Salm-Salm et Schevitch, précisant dans ce dernier cas que la conception artistique de ce tableau fait penser à l’art de Jan Gossart.
                                      37Cologne, Museum für Angewandte Kunst, inv. n° A 1070, panneau, 35 x 26 cm. Le tableau ne semble jamais avoir eu d’autre attribution. Cf. Kunstgewerbemuseum der Stadt Köln. Die Sammlung Clemens, Cologne, 1963, n° 27 et HILLER (Irmgard) / VEY (Horst), Katalog der deutschen und niederländischen Gemälde bis 1550 (mit Ausnahme der Kölner Malerei) in Wallraf-Richartz-Museum und im Kunstgewerbemuseum der Stadt Köln, Cologne, 1969, p. 91, pl.104. L’œuvre était connue de Friedländer qui a annoté de sa main au revers d’une photographie du tableau la mention “Sammlung W. Clemens” mais ne l’a pas inclus dans son Altniederländische Malerei en 1935 (cf. https://rkd.nl/explore/images/40474" target="_blank">https://rkd.nl/explore/images/40474) ne reconnaissant donc pas le Maître au Perroquet comme son auteur.
                                      38Le rapport de conservation du musée établi le 19.10.1966 fait apparaître la présence d’un parquet allemand au revers du support et sur la face l’existence d’un vernis jauni, de quelques retouches au niveau du visage et de la main de l’Enfant ainsi que d’un écaillage de la couche picturale au bord inférieur du panneau. Nous remercions le Dr. Breuer de nous avoir aimablement communiqué ces informations.
                                      39Le thème de la » Vierge de tendresse » est bien connu dans la peinture des Pays-Bas méridionaux. Rogier van der Weyden comme Dirk Bouts, Hans Memling et Gérard David traitèrent le sujet. L’imposante « Madone tronante » de ce type exécutée vers 1520-1525 par Quinten Metsys (Berlin, Gemäldegalerie. Staatliche Museen zu Berlin, n° 561) a sans nul doute exercé une impression profonde sur les peintres anversois et leur clientèle comme en atteste le lointain reflet constitué par la Madone Clemens. Merci à Didier Martens pour cette information.
                                      40Il convient de relever que BUSONI (Eva), Le Maître au Perroquet. Catalogue critique de son oeuvre (mémoire de master non publié, Université Libre de Bruxelles), 2009, p. 86, fig. 82-83 a, de manière juste, établi un rapprochement entre la « Vierge et l’Enfant » de Cologne et la « Marie-Madeleine » de Bruxelles, mais sans l’étendre à la « Marie-Madeleine » Rothschild qu’elle inclut cependant par ailleurs dans son catalogue en la qualifiant de “ … pouvant être l’une des plus tardives du Maître au Perroquet”.
                                      41Panneau, 60,5 x 44,5 cm. Dans le commerce d’art à Paris en 1911 (cf. Quatrième catalogue de la Galerie Charles Brunner 11 rue Royale Paris Janvier 1914, Paris, 1914, n° 37), le tableau passa ensuite dans la collection Onnes van Nijenrode. Vendu à Amsterdam le 4 juillet 1933, n° 9. Chez Malmedé à Cologne en 1933, entré dans la coll. Edgar Herfurth, exposé à Leipzig en 1937 puis en vente à Londres chez Sotheby’s le 11 décembre 1974, n° 26. Localisation actuelle inconnue. Le rapprochement a également été opéré par BUSONI (Eva), Le Maître au Perroquet. Catalogue critique de son oeuvre (mémoire de master non publié, Université Libre de Bruxelles), 2009, p. 86.
                                      42On notera en particulier la manche de la chemise aux petits plissés au poignet identique à celle qui apparait dans le dessin sous-jacent de la « Madone et l’Enfant » de Paris.
                                      43Inv. n° 2006.334, panneau, 47 x 39.4 cm. Anc. collection Frank Channing Smith Jr. Legs Amy Bess Miller. Nos remerciements à M. Karysa Norris pour son aimable information. L’oeuvre fut exposée en 1939: The Worcester-Philadelphia Exhibition of Flemish Painting. The Worcester Art Museum, Worcester, Massachusetts and the John G. Johnson Philadelphia […], 1939, n° 78 comme Maître des Demi-Figures. Répertorié au RKD comme « suiveur du Maître au Perroquet » (cf. https://rkd.nl/explore/images/40533" target="_blank">https://rkd.nl/explore/images/40533).
                                      44WYER (R.), A Flemish Madonna of the Sixteenth Century, Art in America, 7, 1918-1919, p. 129.
                                      45New York, vente Christie’s, le 8 juin 2011, n° 36, panneau, 73,6 x 58,4 cm. Selon une mention manuscrite de Friedländer se trouvait chez le marchand d’art Wildenstein en 1926. Puis à New York dans la coll. Blandy. Passé en vente chez Christie à New York le 16 janvier 1992, n° 34 comme « attribué au Maître au Perroquet ». Localisation actuelle inconnue. Répertorié au RKD comme « attribué au Maître au Perroquet ou suiveur de Jan Gossart » (cf. https://rkd.nl/explore/images/40655" target="_blank">https://rkd.nl/explore/images/40655). Exposé à la Royal Academy à Londres, Exhibition of Flemish and Belgian Art. 1300-1900, Londres 1927, p. 87, n° 222 au nom du Maître au Perroquet.
                                      46Bruxelles, vente Horta, le 12 février 1996, n° 150, toile, 56 x 48 cm. La transposition du tableau de bois sur toile a entrainé une grave altération de la couche picturale très perceptible en vision directe comme nous avons pu l’observer à l’époque.
                                      47Cf. la mention explicite au RKD (https://rkd.nl/explore/images/40652" target="_blank">https://rkd.nl/explore/images/40652), où le tableau présenté comme » Manière ou entourage du Maître au Perroquet » est mis en relation directe avec la « Sainte Madeleine » de la Galerie Robert Finck, un avis qui n’était pas accessible sur internet en 1996 et m’était alors inconnu. Il n’est toutefois pas fait mention présentement dans le dossier technique en rubrique ni des données matérielles de l’œuvre ni de sa mise en vente sur le marché d’art en Belgique.
                                      48The Baltimore Museum of Art, inv. n° 1951.104, panneau, 21 x 16 cm. Dans la collection Richard von Kaufmann à Berlin en 1917, le tableau fut acquis par Knoedler à New York, où il fut acheté par Jacob Epstein qui en fit don au musée. Mes très vifs remerciements vont à M. Jay Fisher co-directeur du musée pour ses aimables informations.
                                      49Cf. au Rubenianum, les échanges de courrier entre cette institution et le musée, des 18.07.1967 et 26.01.1968 révélant qu’une attribution au Maître du Perroquet a été rejetée par « plusieurs historiens de l’art » (sic). C’est cependant sous ce nom que le tableau est répertorié au RKD (https://rkd.nl/explore/images/40556" target="_blank">https://rkd.nl/explore/images/40556).
                                      50Budapest, Szépmüvészeti Muzeum, panneau, 23,3 x 18,8 cm, inv. n° 51.2973. Pour une analyse du tableau et l’historique de sa provenance voir URBACH (Susan), avec la collaboration de VARGA (Agota)/ FAY (Andras), Old Masters’ Gallery Catalogues. Szépmüvészeti Muzeum Budapest. Early Netherlandish Paintings. 2, Turnhout 2015, pp. 29-37, qui attribue toujours l’oeuvre au Maître des Demi-Figures (avec une référence erronée à Koenraad Jonckheere au lieu de « Jonckheere, commerce d’art à Paris »), suivant ainsi certains auteurs anciens et le RKD (https://rkd.nl/explore/images/247975" target="_blank">https://rkd.nl/explore/images/247975).
                                      51Galerie Friederike Pallamar. Ausstellung Herbst 1966. Gemälde bedeutender niederländischer Meister des 17. Jahrhunderts, Vienne 1966, n° 14. Toile, 28 x 23,8 cm.
                                      52Galerie Robert Finck. Collection de tableaux anciens du XVe au XVIIIe siècle, Xe exposition, Bruxelles 1967, n° 15 sous le nom du Maître des Demi-Figures, panneau, 24 x 19 cm., puis sur le marché d’art parisien, De Jonckheere. Tableaux de maîtres, Paris 2002, n° 6 comme de la main du Maître au Perroquet.
                                      53S’agissant des sphères, on peut y reconnaître des pierres dures de type anthracite ou améthyste. Merci à Philippe d’Arschot Schoonhoven pour cette information
                                      54Outre les quatre versions mentionnées plus haut il en existe même une cinquième curieusement entourée d’une couronne de fleurs, d’exécution de la première moitié du XVIIe siècle, conservée à la Real Academia de Bellas Artes de San Fernando à Madrid (inv. n° 1, toile, 83 x 65 cm.). En l’absence de tout autre information on ne peut cependant en dire plus à ce stade.
                                      55Une datation que l’analyse dendrochronologique du support du tableau à Budapest effectuée par Peter Klein ne contredit pas (cf. URBACH (Susan), avec la collaboration de VARGA (Agota)/ FAY (Andras), Old Masters’ Gallery Catalogues. Szépmüvészeti Muzeum Budapest. Early Netherlandish Paintings. 2, Turnhout 2015, p. 32).
                                      56Nous pensons qu’on peut probablement encore attribuer au groupe deux « Sainte Marie-Madeleine » recensées au RKD dont nous n’avons pas pu malheureusement examiner de bons documents photographiques, à savoir l’une anciennement chez le marchand A.S. Drey à Munich dans les années trente où elle fut examinée par Max J. Friedländer (https://rkd.nl/explore/images/40648" target="_blank">https://rkd.nl/explore/images/40648) qui ne l’intégra pas dans son ouvrage en 1935 et qui est actuellement attribuée par le centre de documentation au Maître au Perroquet. L’autre chez Julius Böhler est aujourd’hui considérée comme « d’après le Maître au Perroquet » (https://rkd.nl/explore/images/40649" target="_blank">https://rkd.nl/explore/images/40649) par cette même source. Toutes deux sont à notre sens des portraits déguisés.