00:00:00 / 00:00:00


FRANCAIS - ENGLISH
Vitrail - Epoque contemporaine - Belgique - Suisse - Histoire de l'art Yvette Vanden Bemden Gottfried Honegger à la cathédrale Saint-Paul de Liège Nouvelle lumière dans les quatorze vitraux de la haute nef
Amateur
Expert
Reporticle : 158 Version : 1 Rédaction : 01/09/2015 Publication : 07/01/2016

Avant-propos

Je remercie P. J. Foulon et Chr. Herman pour la relecture attentive des parties qui relèvent plus spécifiquement de leurs compétences, ainsi qu'Isabelle Lecocq et Phil Roussel qui m'ont généreusement permis d'utiliser leurs clichés.

Gottfried Honegger à la cathédrale Saint-Paul de Liège. Nouvelle lumière dans les quatorze vitraux de la haute nef

Intervention d'Yvette Vanden Bemden.

L'artiste plasticien Gottfried Honegger (fig. 1) a accepté avec enthousiasme, à plus de nonante-cinq ans, de créer des vitraux pour les quatorze fenêtres de la haute nef de la cathédrale Saint-Paul de Liège, fermées jusque là par des verres incolores. L'aspect de ces simples mises sous plombs était, il faut l'avouer, morne et désolant, surtout lorsqu'on approchait de la cathédrale par Vinave d'Île et la place Cathédrale. Dommage pour cette collégiale gothique, devenue cathédrale en 1802, après la destruction de l'ancienne cathédrale Saint-Lambert (1). Des vitraux anciens subsistent heureusement dans la cathédrale. Le superbe vitrail de 1530 offert par le chanoine Léon d'Oultres pour le bras méridional du transept représente le Couronnement de la Vierge et la cour céleste, la Conversion de saint Paul et le donateur en prière ; il vient - après près de vingt ans en caisses - d'être enfin restauré et replacé, grâce à un important mécénat. Cinq vitraux, offerts également par des chanoines entre 1557 et 1559, occupent les fenêtres de l'abside (fig. 2). Tous les autres vitraux de la collégiale, placés à partir du XIXe siècle et qui, contrairement aux vitraux anciens, n'avaient pas été déposés pendant la dernière guerre, furent totalement détruits en janvier 1945 par l'explosion d'une bombe volante. De nouvelles oeuvres les remplacèrent ensuite, dans le cadre des dommages de guerre (2).

    2 images Diaporama

    Qui a voulu les nouveaux vitraux ?

    Fig. 3 – Vitrail de Kim en Joong et de l'Atelier Loire, chapelle du collatéral sud de la cathédrale Saint-Paul de Liège.
    Photo Y. Vanden Bemden.Fermer
    Fig. 3 – Vitrail de Kim en Joong et de l'Atelier Loire, chapelle du collatéral sud de la cathédrale Saint-Paul de Liège.
    Fig. 4 – Vitrail de Kim en Joong et de l'Atelier Loire, monastère de Ganagobie (Fr.), bras sud du transept, 2005. Dans Jean-François LAGIER (dir.), Kim en Joong. Vitraux, Chartres, Centre international du Vitrail et Paris, Editions du Cerf, p. 89.
    Kim en Joong/Editions du Cerf/ADACP, 2009.Fermer
    Fig. 4 – Vitrail de Kim en Joong et de l'Atelier Loire, monastère de Ganagobie (Fr.), bras sud du transept, 2005.

    Les mécènes, Michel Teheux et sa soeur Marie-Bernadette Teheux, avaient déjà offert cinq vitraux pour les chapelles Saint-Lambert et Saint-Joseph du collatéral sud la cathédrale de Liège. Créés par l'artiste Kim en Joong et réalisés avec l'atelier Loire de Lèves/Chartres, ces oeuvres furent inaugurées en 2013 (fig. 3). Kim en Joong, peintre coréen actif en France, a réalisé de nombreux vitraux pour des édifices religieux français, et non les moindres, tels que la chapelle du monastère de Ganagobie (2005) (fig. 4) ou la basilique Saint-Julien de Brioude (2007-2008). Contrairement à la plupart des concepteurs actuels de vitraux, Kim en Joong ne se contente pas de dessiner des projets à échelle, mais il peint aussi directement sur le verre de larges calligraphies très colorées, à l'aide d'émaux, de céments et de grisaille appliqués au pinceau. Les panneaux peints doivent ensuite passer au four, afin que les différents pigments adhèrent totalement aux verres (3). A Liège, le large geste coloré de Kim en Joong, est bien visibles depuis l'entrée de la cathédrale et accueille le visiteur.

    Forts de cette première expérience dans le domaine du vitrail, Michel et Marie-Bernadette Teheux (4) décidèrent, dès 2013, qu'il fallait donner vie et couleur à la lumière transmise par les fenêtres hautes du vaisseau central de la cathédrale. Mais les contraintes imposées par cet important édifice classé étaient ici plus délicates. La vitrerie incolore des fenêtres hautes éclairait bien la superbe voûte peinte du XVIe siècle, appelée parfois le jardin d'Eden à cause de ses élégants rinceaux et des différents animaux qui les habitent et celle-ci ne pouvait évidemment pas perdre sa lisibilité à cause de vitraux aux colorations trop soutenues ou à motifs trop envahissants. Le choix de l'artiste se porta finalement sur Gottfried Honegger, artiste plasticien, peintre, sculpteur, qui avait déjà conçu d'autres vitraux, dont les plus connus sont sans conteste ceux de la cathédrale de Nevers (France).

    Mais ces nouveaux vitraux étaient-ils opportuns ?

    Voilà une question systématiquement posée lors du placement de nouvelles oeuvres dans des édifices patrimoniaux, particulièrement des édifices religieux (5). Intégrer des oeuvres contemporaines dans un édifice ancien est pourtant un acte très "normal" qui a été posé de tout temps. Très peu d'édifices anciens peuvent en effet se targuer d'une unité de style et certains ne la possèdent d'ailleurs que parce que des restaurations "archéologiques" l'ont créée, principalement au XIXe siècle. Les bâtiments, quels qu'ils soient, ont vécu et des témoins de toutes les époques y subsistent généralement. Devrait-on dès lors être la seule époque qui, par respect excessif du "style" ou par manque de courage n'ajouterait pas une "strate" artistique à cet héritage ? Le respect du patrimoine ne doit pas entraîner la paralysie de la création !

    Pour ne parler que du XXe siècle et du début du nôtre, on peut rappeler les nombreuses créations de vitraux par des artistes reconnus, pour des lieux cultuels anciens. En effet, si des tentatives intéressantes avaient eu lieu avant 1940, c'est surtout après la seconde guerre mondiale que ce mouvement s'est développé avec des peintres tels que Braque, Bazaine, Léger, Matisse, Manessier, Rouault, Chagall, Ubac et, à partir des années 1980 surtout, avec Claude Viallat, Gottfried Honegger, Jean-Michel Alberola, David Rabinowitch Robert Morris, Jan Dibbets, Aurélie Nemours, Carole Benzaken, Sarkis, Gérard Garouste, Pierre Soulages pour n'en citer que quelques uns, pour la France surtout (6). Ces vitraux, peuvent devenir reliefs, sculptures, architectures... D'une variété extrême, tant pour la technique (thermoformage, fusing, float, craquelé, émail, mise en forme, vitrail sans plombs...) que pour l'esthétique, ils s'intègrent - la plupart du temps avec bonheur - dans les édifices anciens et l'éclectisme est roi (7).

    En Belgique (8), il y eut un important regain de création de vitraux dans les édifices religieux jusqu'au milieu des années 1960 et bien au-delà même, dans le cadre des dommages de guerre. Et si l'esthétique restait généralement traditionnelle, sauf pour les dalles de verre, des réflexions furent menées pour intégrer un art plus contemporain dans les édifices religieux, que ce soit via la revue Art d'église, ou grâce à des initiatives encourageant de nouvelles créations comme celles d'André Lanotte dans la province de Namur et de l'architecte Paul Felix en Flandre, à des commandes de projets à des artistes plasticiens (9) ou à des maîtres verriers (10). Mais à partir des années 1970 surtout, les commandes publiques n'ont plus vraiment cours et les créations de vitraux monumentaux deviennent rares. Puis, progressivement, à partir de la décennie suivante, de nouveaux vitraux monumentaux réapparaissent heureusement dans les édifices publics (11).

    Gottfried Honegger

    Fig. 5 – Gottfried Honegger, sculptures (1995-2001) exposées à Paris, aux Jardins du Palais royal, 2006. Dans Christian BRIEND (dir.), Gottfried Honegger, Paris, Centre Pompidou et Fage Editions, 2015, p. 124.
    Fermer
    Fig. 5 – Gottfried Honegger, sculptures (1995-2001) exposées à Paris, aux Jardins du Palais royal, 2006.

    Plasticien, peintre, sculpteur, Gottfried Honegger (12) est un des plus éminents représentants de l'art concret international.

    Né en 1917, il suivit une formation en graphisme et étalagisme à Zurich et ouvrit son premier atelier de graphisme, décoration et photographie dans cette ville en 1938. En 1939, il part pour Paris mais la guerre le fait rentrer en Suisse et en 1948, il devient professeur à la Kunstgewerbeschule (Ecole des Arts et Métiers) de Zurich, grâce à Johannes Itten, théoricien de la couleur issu du Bauhaus, qui en était le directeur. Honegger fait un premier séjour à New-York en 1950 et pendant la nouvelle décennie, il noue de nombreux contacts artistiques, travaille dans différents pays, s'engage définitivement dans l'art abstrait et invente progressivement le "tableau relief", auquel il reste très longtemps attaché et qui montre son intérêt pour la couleur et la lumière qui la module sur les reliefs du support (13). Honegger s'intéresse aussi aux liens entre science et art, ce dont témoigne sa participation en 1958 à l'exposition "Kunst und Naturform" à la Kunsthalle de Bâle. La même année, il est nommé consultant artistique pour la firme J.R.Geigy AG à New York et y rencontre des artistes tels que Sam Francis, Mark Rothko ou Alexander Calder. Il expose pour la première fois ses monochromes rouges à New-York, à la galerie Martha Jackson en 1959, s'installe l'année suivante à Paris et s'y lie avec Michel Seuphor, Herbert Read, Aurélie Nemours, Sonia Delaunay et bien d'autres artistes. Les expositions se succèdent, tant en Europe qu'aux Etats-Unis, et Honegger s'essaye progressivement à la sculpture. Deux influences sont déterminantes au début des années 70' : celle de l'ouvrage de Jacques Monod, Le hasard et la nécessité, publié en 1970, et sa rencontre avec le musicien Pierre Barbaud, un des inventeurs de la musique algorithmique. Honegger recourt alors à l'informatique comme outil de création mais abandonne assez rapidement le recours à cette technologie. La sculpture monumentale (fig. 5), en matériaux divers, l'occupe de plus en plus pour des commandes publiques (14) et répond totalement à ses préoccupations politiques.

    En 1985 Honegger est nommé chevalier de l'Ordre des Arts et des Lettres en France et en 1990, il fonde avec sa compagne Sybill Albers-Barrier et le soutien du ministre Jack Lang, l'Espace de l'Art concret à Mouans-Sartoux (Alpes maritimes). G.Honegger et S.Albers font ensuite don de leur importante collection d'art contemporain à l'Etat français en 2001, et celle-ci est exposée dans un nouveau bâtiment dans le parc de Mouans-Sartoux ; Honegger offre également un ensemble d'estampes à la Bibliothèque nationale de France en 1999 et en 2003.

    Honegger, on l'a dit, est un des principaux représentants européens de l'art concret (15). Dès les années 1950', il choisit cette voie, qui appartient à l'abstraction géométrique.

    Le groupe "Art concret" avait été créé entre les deux guerres à Paris par Van Doesburg, qui s'éloignait ainsi du groupe Cercle et Carré et de Piet Mondrian mais il aura, en tant que tel, une vie très courte. Van Doesburg en publie le manifeste ("Base de la peinture concrète") (16) en 1930 : l'art est universel ; l'oeuvre doit être conçue et formée par l'esprit, ne rien recevoir des données formelles de la nature, de la sensualité ou de la sentimentalité ; il faut exclure le lyrisme, le dramatisme, le symbolisme etc. ; le tableau doit être totalement construit avec des éléments purement plastiques, plans et couleurs, et l' élément pictural - et donc le tableau - n'ont d'autre signification qu'eux mêmes ; la construction du tableau doit être simple et contrôlable visuellement ; la technique doit être "mécanique", exacte, anti-impressionniste ; il faut tendre à une clarté absolue (manifeste également signé par Carlsund, Hélion, Tutundjian, Wantz).

    En 1936, Zurich devient le centre européen de l'art concret avec entre autres Max Bill, Camille Graeser, Verena Loewensberg et Richard Paul Lohse (les "Concrets zurichois") et ce groupe - qui fait vraiment partie de l'avant-garde internationale - essaime, participe à l'association Allianz qui regroupe l'ensemble des artistes suisses novateurs, et aura une grande influence sur plusieurs générations d'artistes européens. L'art concret connaît en effet un regain d'intérêt après la seconde guerre mondiale, Zurich restant très active, et à nouveau dans les années 80' ; en 1987 d'ailleurs, la Fondation pour un art constructif et concret voit le jour à Zurich avec entre autres Honegger (17).

    Pour les artistes abstraits, tout art figuratif est illusion et appauvrissement de la réalité dans la mesure où on ne peut en voir qu'une petite partie. Mais les artistes concrets considèrent que l'art abstrait est encore lié à l'inspiration - même lointaine - de la nature alors qu'ils veulent un art totalement conçu par l'esprit, basé sur des formes simples et pures et sans aucun lien avec la réalité extérieure ; et, disent-ils, qu'y a-t-il de plus concret qu'une ligne ou une surface ? Pour les "concrets zurichois", dans la ligne du néo-plasticisme, du Stijl, du Suprématisme", du Bauhaus.., l'art concret "concrétise" dans la peinture l'esprit créateur, il se base sur la raison, des règles simple établies avec une rigueur absolue selon des lois mathématiques, utilise des lignes, des formes géométriques élémentaires et peu nombreuses, des couleurs pures et sans modulations. Les artistes recherchent une facture anonyme, précise, impersonnelle, en abandonnant toute implication individuelle. Dès lors, chacun peut s'approprier cet art qui, compréhensible par tous, appartient à tous et devient un langage universel, comme celui de la science. Les artistes concrets suisses ont aussi toujours voulu faire connaître largement leurs idées (livres, expositions, affiches...) et introduire l'art dans la vie quotidienne, en s'impliquant entre autres dans les arts appliqués. L'art concret, par son désir d'universalité, comporte clairement une part d'utopie (18).

    Mais Honegger ne refuse pas l'aléatoire ou le hasard (influence de Jacques Monod) lié pour lui à toute création ; cela le différencie des artistes concrets de Zurich. Il désire unir contrôle et liberté, rationalité et émotion, réalité et idéal ; pour lui en effet, la précision et l'ordre absolus peuvent risquer d'aboutir à la froideur, l'appauvrissement, l'intolérance, le totalitarisme (19).

    Honegger se caractérise aussi par son intérêt pour l'art public, culminant dans ses sculptures monumentales ou il associe progressivement matière et couleur (20), plutôt que pour l'art appliqué. Ses sculptures veulent marquer leur territoire, caractériser un lieu et rendre l'espace perceptible en confrontant valablement l'homme à son environnement.

    Pour Honegger enfin, la liaison entre art et engagement politique est essentielle ; cet engagement et la critique de la société ont en effet été des constantes dans sa vie. C'est pourquoi l'artiste avait adhéré au mouvement de mai 68, c'est pourquoi aussi il n'a cessé de combattre la politique de profit, la dictature, le rôle des médias qui appauvrissent la société en jouant sur l'émotionnel, la corruption du marché de l'art etc. Il refuse un art d'élite, déplore que celui-ci soit devenu simple marchandise et ait oublié sa mission sociale, et il rêve d'un art pour l'homme, un art pour tous, un art "moral". L'art est pour lui une nécessité existentielle qui apporte poésie, beauté et harmonie à la vie.

    Parler de l'art de Honegger serait incomplet si on ne mentionnait pas ses propres écrits. En effet, depuis les années 1950, l'artiste a publié de très nombreux textes, dans les catalogues de ses expositions ainsi que dans des ouvrages où il traite non seulement de son oeuvre mais aussi, inlassablement, de la responsabilité et de l'engagement moral, social et politique de l'art et de l'artiste (21).

    Honegger et les vitraux

    Gottfried Honegger a donc aussi créé des vitraux et cet art monumental de couleur et de lumière, visible pour tous, devait évidemment l'intéresser. L'artiste fut ainsi sollicité pour l'aménagement de la salle du Lanterneau dans la tour de la Lanterne de La Rochelle et la conception de vitraux, exécutés par l'atelier Jean-François Bordenave-Clamousse de Merignac, et placés en 1986. Dans les baies fermées de verres incolores découpés orthogonalement, des lignes de plomb obliques dessinent dans certains panneaux des formes triangulaires, dont certaines sont fermées de verres bleus, créant un rythme calme et lumineux. Lors de la restauration de la tour en 2015, les installations de la salle furent modifiées à la demande de l'artiste et les vitraux furent restaurés (22).

    L'ensemble le plus connu de Honegger est sans conteste celui qu'il créa pour la cathédrale Saint-Cyr-et-Sainte-Julitte de Nevers, où tous les vitraux avaient été détruits en 1944. Raoul Ubac avait placé quatre vitraux dans le choeur roman à partir de 1977 et trois autres au début de la décennie suivante. En 1981, dans le cadre d'un nouveau projet soutenu par François Mitterand, trente-quatre artistes reconnus sont consultés pour la création de vitraux dans les autres parties de la cathédrale. Mais après de nombreuses et longues péripéties, quatre d'entre eux seulement subsistent et l'ensemble des vitraux n'est finalement inauguré officiellement qu'en 2011 ; les concepteurs de ces nouvelles oeuvres sont Gottfried Honegger (nef et crypte, avec l'atelier Jean Mauret), Claude Viallat (choeur gothique, avec l'atelier Bernard Dhonneur), Francis Rouan (chapelles de la nef et pseudo-transept gothique, atelier Simon Marq), Jean-Michel Alberola (transept roman et déambulatoire, atelier Duchemin)  (23).

    Fig. 6 – Gottfried Honegger et Atelier J.Mauret, Vitraux de la cathédrale Saint-Cyr-et-Sainte-Julitte de Nevers, baies hautes de la nef, 1994-2000, dans Jean-François LAGIER (dir.), Les couleurs du ciel. Vitraux de création au XXe siècle dans les cathédrales de France, Chartres, Centre international du Vitrail et Editions Gaud, 2002, p.89.
    Photo Henri Gaud / Centre international du Vitrail, ChartreFermer
    Fig. 6 – Gottfried Honegger et Atelier J.Mauret, Vitraux de la cathédrale Saint-Cyr-et-Sainte-Julitte de Nevers, baies hautes de la nef, 1994-2000.
    Fig. 7 – Gottfried Honegger,Vitrail de l'église Saint-André de Mouans-Sartoux, 2006, dans Christian BRIEND (dir.), Gottfried Honegger, Paris, Centre Pompidou et Fage Editions, 2015, p. 30.
    Photo Mouans Sartoux, Espace de l’Art concret et Gottfried Honegger.Fermer
    Fig. 7 – Gottfried Honegger,Vitrail de l'église Saint-André de Mouans-Sartoux, 2006.

    Honegger avait hésité à travailler dans un édifice religieux mais il accepta finalement la commande pour les vitraux de la nef (1988-1993) (fig. 6). Les premières maquettes furent soumises en 1989, puis modifiées et simplifiées, et les vitraux furent réalisés par le peintre-verrier Jean Mauret. Honegger voulait créer des passages de l'ombre à la lumière, en respectant le symbolisme du lieu, et il opta pour de larges bandes en à-plats colorés formant des quarts de cercle se détachant sur le verre blanc. Il s'agit donc, comme toujours chez l'artiste, d'une intervention qui laisse le champ libre à celui qui regarde. Honegger reçut ensuite commande, en 1993, pour les vitraux de la crypte (1993-2000), où les formes et couleurs des compositions géométriques varient d'une baie à l'autre. Honegger a également créé des vitraux à l'église Saint-André de Mouans-Sartoux (Alpes maritimes) en 2005 (fig. 7) et ses dernières oeuvres sont celles de la cathédrale Saint-Paul de Liège.

    Tous les vitraux de Honegger, créés au cours de ces trente dernières années témoignent de ses préoccupations esthétiques : des formes géométriques simples, des couleurs pures, un rythme calme, une ample respiration et une ouverture sur l'espace et La couleur devient lumière et vibration. L'oeuvre, mouvante et impermanente, apparaît comme soumise aux aléas du temps, de la lumière environnante et du déplacement du visiteur. Elle est appel à la contemplation mais aussi une interrogation sur le monde qui nous entoure. Indissociable de son contexte, elle ne peut se lire sans une ouverture du regard vers ce qui l'environne (24) et dans les vitraux l'artiste réussit cette fusion parfaite d'un art qui s'intègre à l'architecture, une réconciliation idéale de la forme et de la couleur par le vecteur de la lumière. Un art ouvert sur l'extérieur qui se découvre de l'intérieur. Un art laïc au coeur du paradoxe (25).

    Honegger et les vitraux de la cathédrale Saint-Paul de Liège

    Michel et Marie-Bernadette Teheux désiraient pour la cathédrale Saint-Paul des créations d'aujourd'hui, le patrimoine religieux de demain qui soient aussi un geste poétique refusant absolument le pastiche et privilégiant l'émotion, afin que les baies enfin habitées deviennent un signal urbain pour confirmer le symbolisme de l'édifice religieux, non pas à titre de slogan mais comme une présence attestée, juste un indice mais apparaissant indispensable (26).

    Fig. 8 – Projets pour les vitraux du vaisseau central de la cathédrale Saint-Paul de Liège (côté nord) (2013).
    Photo I. LecocqFermer
    Fig. 8 – Projets pour les vitraux du vaisseau central de la cathédrale Saint-Paul de Liège (côté nord) (2013).
    Fig. 9 – Réunion de certificat de patrimoine (2013). G.Honegger et B.Loire discutant des verres à choisir devant les projets (côté nord).
    Photo I. LecocqFermer
    Fig. 9 – Réunion de certificat de patrimoine (2013). G.Honegger et B.Loire discutant des verres à choisir devant les projets (côté nord).
    Intervention de Bruno Loire.

    Lors d'une réunion, en mars 2013, M.Teheux expose au Comité wallon pour le Vitrail associé au Corpus Vitrearum Belgique son projet de mécénat, les modalités de celui-ci, les délais souhaités pour la fin des travaux et il évoque les différents artistes auxquels il avait pensé, marquant finalement sa préférence pour G Honegger avec qui il avait pris un premier contact, immédiatement très positif : nous savions que nous engagerions ensemble le défi à la fois osé et pétri d'humilité d'habiter un lieu surchargé de sens et, en le respectant avec vénération, de le marquer de l'empreinte de notre siècle (27) et pour Honegger La demande d'intervenir dans un tel lieu m'a bouleversé d'autant plus que je suis athée. L'art n'est pas au service d'une idéologie mais du peuple...L'art est une source spirituelle universelle : il nous rend la vie comme un miracle (28).

    Honegger accepte donc de concevoir des projets et choisit l'atelier Loire de Lèves/Chartres pour réaliser les vitraux s'il obtient la commande. L'atelier Loire (29) existe depuis 1946, et oeuvre tant dans le domaine de la création - il a créé des oeuvres dans de nombreux pays de par le monde - que de la restauration, et c'est plus spécialement Bruno Loire qui accompagnera le travail, tout comme il l'avait fait pour les cinq vitraux de Kim en Joong.

    S'agissant du placement de nouveaux vitraux, et donc d'une intervention dans un édifice classé en tant que monument et inscrit sur la liste du patrimoine immobilier exceptionnel de la Région wallonne, la procédure administrative à suivre, dénommée "certificat de patrimoine" regroupe les représentants des différentes instances appelées à valider le projet final. Cette procédure, selon la complexité du dossier, nécessite plusieurs réunions, en l'occurrence quatre pour le cas présent. Lors de la première de celles-ci, G.Honegger y présente trois projets différents, dont l'un a clairement sa préférence, comme celle des participants à la réunion d'ailleurs : des formes géométriques de couleurs pures inscrites dans des cercles, et basées sur la géométrie euclidienne, "géométrie sacrée" et référence absolue dans l'oeuvre de l'artiste. Dire qu'il n'y a pas un peu de surprise et de flottement dans l'air serait un mensonge car les motifs géométriques simples et parcimonieusement distribués sur la surface des fenêtres en laissent plus d'un perplexe. B. Loire aborde immédiatement certaines questions techniques, spécialement pour la nature du cercle qui engloberait les formes colorées (armature métallique ou cercle de verres sombres mis en plombs), le choix d'un verre translucide plutôt que transparent pour les fonds afin d'adoucir le passage de la lumière, et la subdivision des fonds et des formes géométriques par des plombs. Mais, à la fin de cette première réunion, les participants croient vraiment à l'avenir du projet. Lors des réunions de certificat de patrimoine suivantes (fig. 8, 9), les options techniques sont examinées : maintien du réseau des barlotières ; largeurs différentes des plombs pour la trame rectangulaire choisie pour l'ensemble de la fenêtre, les arcs de cercle et les différents motifs ; types de verres (verre doublé, opalin sur verre transparent, pour les verres translucides, verre antique pour les verres colorés et quelques teintes également doublées) ; place exacte de la forme circulaire dans la fenêtre.... Certaines modifications sont encore apportées aux projets et les différences importantes de largeur entre certaines fenêtres nécessitent aussi de trouver des subterfuges afin de ne pas détruire l'unité visuelle de l'ensemble. Des panneaux d'essai in situ sont proposés en juillet 2013 pour faciliter la discussion et un vitrail prototype est placé en octobre 2013 (fig. 10), afin de pouvoir juger de l'aspect extérieur et intérieur du vitrail en fonction de la lumière et des variations climatiques. Des échafaudages complets sont alors montés dans la nef, les mesures exactes des espaces entre toutes les barlotières et les meneaux sont prises, et la réalisation des panneaux commence dans l'atelier Loire en novembre 2013. La pose des nouveaux vitraux est quant à elle entreprise en février 2014 et l'inauguration officielle de ceux-ci a lieu le 10 septembre 2014 (fig. 11 et 12).

      3 images Diaporama

      Au cours des réunions auxquelles il a participé, Honegger a longuement expliqué ses recherches basées sur la géométrie euclidienne, soulignant qu'il souhaitait que ses oeuvres ne s'imposent ni au monument, ni au spectateur, qu'elles ne soient ni discours, ni exposé, ni porteuses de symbolisme et qu'elles n'aient d'autres significations que la forme donnée, permettant ainsi au spectateur toute liberté ainsi que de multiples niveaux de lecture et de compréhension possibles. Les formes géométriques simples et harmonieuses ainsi que les couleurs primaires, positives et optimistes, - des "couleurs qui disent "oui" - doivent donner à celui qui les regarde, un sentiment de sécurité, d'ordre, d'optimisme,

      Fig. 13 – Vitraux du vaisseau central de la cathédrale Saint-Paul de Liège, côté nord. Motifs de triangles.
      Photo Y. Vanden Bemden.Fermer
      Fig. 13 – Vitraux du vaisseau central de la cathédrale Saint-Paul de Liège, côté nord. Motifs de triangles.

      Les triangles au Nord (fig. 13, 14, 15,16) et les arcs de cercle au Sud (fig. 17, 18, 19) s'insèrent dans les grandes formes circulaires créées dans les nouveaux vitraux, et les teintes vives contrastent avec les fonds blancs. Ces vitraux s'harmonisent parfaitement avec les vitraux anciens et ceux du XXe siècle et de Kim en Joong, ainsi qu'avec la rigoureuse architecture gothique de la cathédrale. Ils sont également très "vivants" dans la mesure où ils changent de tons, d'intensité et de luminosité en fonction des jours et des heures et qu'ils transforment pareillement, sans les détruire, l'architecture et le sol par des jeux mouvants de couleurs. Ils créent enfin un rythme serein et un mouvement lent et apaisé qui accompagne celui qui les regarde, qui déambule, qui s'avance vers le choeur. De l'extérieur, la cathédrale vit bien mieux qu'avant et les vitraux, visibles de loin, apparaissent en effet comme un appel coloré, optimiste, invitant à découvrir ce bel édifice. Et lors de l'inauguration des vitraux à la cathédrale de Liège, Honegger, dans un discours aussi enflammé qu'émouvant, a d'ailleurs réaffirmé que "l'art d'aujourd'hui est un des seuls moyens pour nous rendre heureux et nous donner l'envie de vivre" .

        6 images Diaporama
        Intervention de Michel Teheux.

        Mais l'histoire se poursuit. En effet, dès 2014, M. et M.-B.Teheux et G.Honegger envisageaient déjà de compléter les vitraux des fenêtres hautes du vaisseau central par quatre vitraux dans le haut mur occidental du transept, en remplacement des simples vitreries blanches. Des réunions de certificat de patrimoine ont déjà eu lieu à ce sujet et les nouveaux vitraux seront inaugurés au cours de l'été 2016. Ces nouvelles oeuvres, de même esprit que les précédentes et conçues comme un "changement dans la continuité", seront également réalisées par l'atelier Loire (fig. 20). Elles permettront une unité visuelle de l'ensemble de la cathédrale vue du choeur et une liaison harmonieuse entre les fenêtres hautes du vaisseau central et les vitraux monumentaux, vivement colorés, des extrémités des bras du transept, celui réalisé par l'atelier Duran de Paris sur les projets de Max Ingrand au Nord et celui qu'offrit Léon d'Oultres en 1530 au Sud.

          1 image Diaporama

          Notes

          NuméroNote
          1La collégiale Saint-Paul fut fondée au Xe siècle par l'évêque Eracle, sur le site d'un autre édifice dédié à saint Calixte. La collégiale gothique qui la remplaça fut construite au cours des XIIIe et XIVe siècles surtout et fut terminée au siècle suivant ; au XVIe siècle, on s'occupa principalement de la décoration intérieure. Lorsque les Français entrèrent à Liège à la fin du XVIIIe siècle, la collégiale fut fermée au culte et connut différentes fonctions. En 1802, elle remplaça Saint-Lambert comme cathédrale et fut lourdement restaurée au cours du XIXe siècle. Voir spécialement O.Thimister, Histoire de l'église collégiale de Saint-Paul, actuellement cathédrale de Liège, Liège, 1890 ; Richard Forgeur, "La construction de la collégiale Saint-Paul à Liège aux temps romans et gothiques", dans Bulletin de la Commission royale des Monuments et des Sites, 18, 1969, p. 155-204.
          2Pour les vitraux anciens voir spécialement Yvette Vanden Bemden, Les vitraux de la première moitié du XVIe siècle conservés en Belgique. Provinces de Liège, Luxembourg, Namur (Corpus Vitrearum.Belgique. IV), Gand/Ledeberg, 1981, spécialement p. 284-319 et Isabelle Lecocq, Les vitraux de la seconde moitié du XVIe siècle et de la première moitié du XVIIe siècle conservés en Belgique. Provinces du Brabant wallon, du Hainaut, de Liège et de Namur (Corpus Vitrearum. Belgique, VI), Bruxelles, 2011, spécialement p. 483-578. Un ouvrage sur tous les vitraux de la cathédrale Saint-Paul et la restauration du vitrail de Léon d'Oultres, sous la direction d'Isabelle Lecocq et publié grâce au Fonds Constant de la Fondation Roi Baudouin, sortira en juin 2016.
          3Voir entre autres Jean-François Lagier (dir.), Kim en Joong. Vitraux, Chartres-Paris, Centre international du Vitrail et Editions du Cerf, 2009.
          4Ce sont également Michel et Marie-Bernadette Teheux qui, avec le Fonds Inbev-Baillet Latour géré par la Fondation Roi Baudouin, ont financé la restauration du vitrail de 1530 dans le bras méridional du transept de la même cathédrale.
          5C'est en effet dans les édifices religieux que l'intégration de vitraux contemporains a le plus posé question dans la mesure où - par rapport au vitrail traditionnel - il ne s'agissait pas seulement d'un changement esthétique, mais surtout du passage d'une iconographie traditionnellement narrative, dogmatique ou morale, à des figurations différentes ou à l'absence de figuration.
          6Voir par exemple : Christian Heck et coll, Conques. Les vitraux de Soulages, Paris, Seuil, 1994 ; Anne-Marie Charbonneaux et Norbert Hilaire (dir), Architectures de lumière, vitraux d'artistes. 1975-2000, Paris, Marval, 2000. Les couleurs du ciel. Vitraux de création au XXe siècle dans les cathédrales de France, Chartres, Centre international du vitrail - Editions Gaud, 2002 ; Jean-François Lagier (dir.), Lumières contemporaines. Vitraux du XXIe siècle et architecture sacrée, Chartres, Centre international du vitrail - Editions Gaud, 2005 ; "Un art résolument contemporain", dans Aline Amillard-Nouger et Cédric Rameau-Monpouillan, Le vitrail. Image et atmosphère, Genève, Aubanel, 2005, p. 157-215 ; Jean-François Lagier (dir.), Le nouvel art de la couleur. Vitraux contemporains de Chartres et d'Eure-et-Loir, Chartres, Centre international du Vitrail, 2007. Cela n'empêche malheureusement pas qu'il y ait toujours des "fabrications" médiocres de vitraux, réalisés par des artisans consciencieux mais sans talent artistique réel.
          7Voir aussi Véronique David et Laurence de Finance (dir.), Chagall, Soulages, Benzaken... Le vitrail contemporain, Paris, Cité de l'Architecture et du Patrimoine et LienArt, 2015. Ouvrage publié à l'occasion de l'exposition à la Cité de l'Architecture et du Patrimoine à Paris du 20 mai au 21 septembre 2015.
          8Pour les dernières synthèses sur le vitrail en Belgique de 1980 à 2010 et pour la bibliographie s'y rapportant, voir Le vitrail monumental. Créations de 1980 à 2010 (Dossier de la Commission royale des Monuments, Sites et Fouilles, 14), Liège, 2011, et plus spécialement : Isabelle Lecocq et Yvette Vanden Bemden, "Le vitrail monumental en Région wallonne. Créations de 1980 à 2010", p. 57-72 ; Diane de Crombrugghe, "Le vitrail monumental contemporain, de 1980 à 2010, dans les édifices publics de la Région bruxelloise", p. 73-90 ; Madeleine Manderyck, "Le vitrail monumental en Région flamande de 1980 à 2010", p. 91- 102.
          9Tels que Gaston Bertrand (1910-1994), André Blank (1914-1987), Zéphir Busine (1916-1976), Charles Counhaye (1889-1971), Jules Lismonde (1908-2001), Louis-Marie Londot (1924-2010), Jean Rets (1910-1998) en Wallonie. A maintes reprises pourtant, des projets d'artistes furent refusés au profit de réalisations plus traditionnelles.
          10Tels que Armand Blondeel, Armand Calders, Jos Hendrick, Jean Huet, Jos Knaepen, Pierre Majerus, Michel Martens, l'atelier Osterrath-Biolley...
          11Pour la Belgique on peut par exemple citer, outre certains déjà mentionnés dans la note précédente, les concepteurs et vitraillistes Warner Berckmans, Herman Blondeel, Joost Caen, Wim Delvoye, Nihat Demir, Lut De Vogelaere, Jean-Marie Géron, Jan Goris, l'Atelier Mestdagh, l'Atelier Pirotte, Bernard Tirtiaux, Etienne Tribolet, Mieke Verwaetermeulen...
          12Pour la biographie de l'artiste, la bibliographie et la liste des principales expositions, voir entre autres ; Serge Lemoine, "Honegger, Gottfried", dans Dictionnaire biographique de l'Art suisse. Principauté de Lichtenstein incluse, vol. A-K, Zurich et Lausanne, Institut suisse pour l'Etude de l'Art, 1998, p. 503-505 ; Gottfried Honegger, "Le bilan", dans Serge Lemoine et Gottfried Honegger, L'Art, un credo, Lyon, Fage Editions, 2007 pour l'édition française, spécialement p. 18-176 ; Marie-Luise Syring, Gottfried Honegger. Zwischen Zufall und Askese. Künstler. Kritisches Lexikon der Gegenwartskunst, 101/ 3, 2013 ; Nathalie Ernoult, "Biographie", dans Christian Briend (dir.), Gottfried Honegger, Paris, Centre Pompidou et Fage Editions, 2015, p. 91-139.
          13Gottfried Honegger a fait l'objet d'une exposition rétrospective axée sur ses tableaux-reliefs au Centre Georges Pompidou de Paris, du 24 juin au 14 septembre 2015. Voir Christian Briend (dir.), Gottfried Honegger, op.cit.
          14Uwe Wieczorek, "Gottfried Honegger. La gaîté d'une géométrie imprécise", dans Gottfried Honegger, mes sculptures dans les jardins du Palais-royal, Paris, éditions Cercle d'Art, 2007, spécialement p. 18-22.
          15Pour l'art concret et l'art de Honegger voir entre autres Xavier Douroux, Franck Gautherot, Serge Lemoine, Art concret suisse : mémoire et progrès (catalogue d'exposition), Dijon, 1982 ; Alice Morgaine, L'Art est libérateur (introduction au catalogue d'exposition), Bruxelles-Paris, 2006, s.p. ; Serge Lemoine, et Gottfried Honegger, L'Art, un credo, op.cit. ; Marie-Luise Syring, Gottfried Honegger, op. cit.. ; Christian Briend (dir.), Gottfried Honegger, op. cit.
          16Dans le numéro unique de la revue Art concret publiée à Paris en avril 1930.
          17En 1995, Honegger cosigne avec quatorze autres artistes un nouveau manifeste "Art concret/Manifeste 2", en onze points dont le dernier témoigne d'un voeu souvent émis par lui : "L'art concret renferme l'espoir pour une autre culture, une pensée libérée". Voir Alice Morgaine (Introduction) et Gottfried Honegger, L'Art est libérateur", op. cit.
          18Gottfried Honegger, "La mission publique de l'art", dans Gottfried Honegger et Uwe Wieczorek, Gottfried Honegger, op.cit., spécialement p. 8-14 ; Gottfried Honegger, "Vers l'analphabétisme. Vers l'aveuglisme. Vers une société frigide...", dans Danielle Cohen-Levinas (dir.), L'art : créer transmettre, Villeurbanne, Art Edition, 1992, spécialement p.75-82.
          19Uwe Wieczorek, "Gottfried Honegger. La gaieté d'une géométrie imprécise", op. cit..
          20"Ce tiraillement entre la forme et la couleur pourrait bien, en fin de compte, être le véritable moteur de l'oeuvre de Gottfried Honegger jusqu'à son travail le plus récent de sculpture" . Voir Fabienne Grasser-Fulchéri, "La couleur du paradoxe" dans Christian Briend (dir.), Gottfried Honegger, op. cit., p. 31-32 et spécialement p. 32.
          21Voir entre autres Gottfried Honegger, "Vers l'analphabétisme. Vers l'aveuglisme. Vers une société frigide...", op.cit. p. 75-82 ; Alice Morgaine (Introduction) et Gottfried Honegger, op.cit., 2006, s.p. ; Gottfried Honegger, "Le bilan" dans Gottfried Honegger et Serge Lemoine, L'Art, un credo, op. cit., p. 18-166.
          23Christine Blanchet-Vaque, "Nevers, cathédrale Saint-Cyr-et-sainte-Julitte. Claude Viallat, Gottfried Honegger, François Rouan, Jean-Michel Alberola, Raoul Ubac. 1977-2000", dans Les couleurs du ciel. op. cit., p. 82-97 ; Jean de Loisy (dir.), L'affaire des 1052m2. Les vitraux de la cathédrale de Nevers, Dijon, Les Presses du Réel, 2011 ; "Nevers, 1052 m2 de vitraux", dans Véronique David et Laurence de Finance (dir.), Chagall, Soulages, Benzaken..., op.cit., p. 111-131 et spécialement p. 112-119.
          24Fabienne Grasser-Fulchéri, "La couleur du paradoxe", dans : Christian Briend (dir.), Gottfried Honegger, op.cit., p. 31-32 et spécialement p. 32. Cette citation se rapporte ici à la sculpture mais vaut totalement pour les vitraux de Honegger.
          25Idem.
          26Michel et Marie Bernadette Teheux, "Des créations d'aujourd'hui, le patrimoine religieux de demain", dans Gottfried Honegger. La lumière ordonnée, dépliant publié à l'occasion de l'inauguration des vitraux de Honegger pour la haute nef de la cathédrale de Liège, 2014.
          27Michel Teheux, "Empreinte", dans Idem
          28Gottfried Honegger, "Un artisanat de lumière", dans Idem.
          29Sur l'atelier Loire, voir entre autres Jean-François Lagier, Le nouvel art de la couleur, op. cit., p.62-69.